Accueil Santé Une étude examine le lien entre l’apport en protéines et la masse...

Une étude examine le lien entre l’apport en protéines et la masse musculaire squelettique chez les transplantés rénaux.

123
0

La sagesse conventionnelle veut qu’une faible consommation de protéines soit essentielle pour les patients atteints de maladies rénales. Cependant, des scientifiques de l’Université métropolitaine d’Osaka ont démontré que ce n’était pas toujours le cas grâce à leur récente étude sur le lien entre l’apport en protéines et la masse musculaire squelettique chez les transplantés rénaux. Leurs conclusions ont été publiées dans Clinical Nutrition.

Les patients souffrant d’insuffisance rénale chronique sont connus pour avoir induit une sarcopénie due à une inflammation chronique, un hypercatabolisme, une diminution de l’apport en nutriments et une diminution de l’activité physique associée à une fonction rénale altérée. La récupération de la fonction rénale grâce à une transplantation rénale réussie est capable de corriger ou d’améliorer bon nombre de ces anomalies physiologiques et métaboliques. Par conséquent, les transplantés rénaux augmentent leur masse musculaire squelettique après la transplantation rénale. Étant donné qu’un apport excessif en protéines détériore la fonction rénale, on pense généralement que les patients atteints d’une maladie rénale chronique, y compris les transplantés rénaux, devraient limiter leur consommation de protéines pour protéger leurs reins. D’un autre côté, il a été suggéré qu’une restriction protéique sévère peut aggraver la sarcopénie et affecter négativement le pronostic.

Puisque la nutrition et la thérapie par l’exercice sont recommandées pour améliorer la sarcopénie, l’apport en protéines est suspecté d’être lié à la récupération de la masse musculaire squelettique après une transplantation rénale. Cependant, peu d’études ont examiné la relation entre la masse musculaire squelettique et l’apport en protéines chez les transplantés rénaux.

Pour combler cette lacune, le groupe de recherche dirigé par le Dr Akihiro Kosoku, le Dr Tomoaki Iwai et le professeur Junji Uchida du département d’urologie de l’école supérieure de médecine de l’université métropolitaine d’Osaka a étudié la relation entre les changements de la masse musculaire squelettique, mesurés par analyse de l’impédance bioélectrique, et l’apport en protéines, estimé à partir des urines recueillies auprès de 64 transplantés rénaux 12 mois après la transplantation. Les résultats ont montré que les changements de la masse musculaire squelettique pendant cette période étaient positivement corrélés à l’apport en protéines, et qu’un apport insuffisant en protéines entraînait une diminution de la masse musculaire.

Le Dr Iwai et le Dr Kosoku ont fait le commentaire suivant : « [?Pour améliorer l’espérance de vie des transplantés rénaux, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour clarifier l’apport optimal en protéines afin de prévenir soit la détérioration de la fonction rénale, soit la sarcopénie. Nous espérons que les conseils nutritionnels, y compris l’apport en protéines, permettront d’améliorer l’espérance de vie et le pronostic.. »

Source :

Référence de la revue :

Kosoku, A., et al. (2022) Influence de l’apport en protéines sur les changements de la masse musculaire squelettique après une transplantation rénale. Nutrition clinique. doi.org/10.1016/j.clnu.2022.07.028.

Article précédentRafael Nadal soutient l’Espagne en finale de l’Eurobasket
Article suivantLe graphique de l’arc-en-ciel du bitcoin indique un plancher de 16,7 000 $, ce qui laisse entrevoir un pot d’or dans le scénario le plus optimiste.