Accueil Economie Une division américaine du groupe Stellantis est accusée de conspiration criminelle dans...

Une division américaine du groupe Stellantis est accusée de conspiration criminelle dans le cadre d’une enquête sur la tricherie aux tests d’émissions des véhicules diesel.

102
0

Le ministère américain de la justice a inculpé jeudi la division américaine de Fiat Chrysler Automobiles (FCA), qui fait aujourd’hui partie du groupe Stellantis, pour association de malfaiteurs dans le cadre de son enquête pluriannuelle sur la tricherie aux tests d’émissions des véhicules diesel.

Le juge de district américain Nancy G. Edmunds à Detroit a fixé une audience de plaidoirie pour FCA US pour vendredi.

Le constructeur automobile aurait trompé les régulateurs américains et vendu des véhicules « en sachant que ces véhicules ne répondaient pas aux normes d’émissions américaines » et aurait également trompé les clients en « faisant des déclarations fausses et trompeuses ».

Lire aussi :  La fermeture du gaz russe aurait de profondes conséquences sur l'économie européenne | ANALYSE

Stellantis s’est refusé à tout commentaire.

Le gouvernement a déclaré que les biens de la FCA américaine faisant l’objet d’une confiscation s’élèvent à 203,6 millions de dollars. FCA US devrait également payer une amende pénale d’environ 96 millions de dollars dans le cadre du règlement.

Le plaidoyer de culpabilité imminent représente la dernière action significative que les autorités américaines devraient entreprendre contre la FCA concernant la fraude aux émissions.

Les véhicules diesel concernés sont ceux des années modèles 2014-2016.

FCA a fusionné avec le constructeur français Peugeot PSA en 2021 pour former Stellantis.

Lire aussi :  Le vice-président de Lukoil estime que la Russie doit réduire sa production de pétrole. "Est-il préférable de vendre 10 barils pour 50 $ ou 7 barils pour 80 $ ?"

Cet accord intervient cinq ans après que le groupe Volkswagen a plaidé coupable à des accusations criminelles pour résoudre sa propre crise des émissions, qui a touché près de 600 000 véhicules dans un scandale connu sous le nom de « Dieselgate ».

La tromperie de Volkswagen a suscité un examen approfondi qui a incité les autorités des deux côtés de l’Atlantique à pénaliser les constructeurs automobiles accusés d’avoir utilisé un logiciel illégal, connu sous le nom de dispositif d’invalidation, pour tromper les tests d’émissions gouvernementaux.

Article précédentLes Écossais aiment Ianis Hagi. Mihai Popescu révèle l’excellente image du milieu de terrain de l’équipe nationale
Article suivantMariah Carey, poursuivie pour une somme fabuleuse. Quelle est la raison
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !