Accueil High Tech Une application Android astucieuse utilise les ondes sonores pour vous permettre d’envoyer...

Une application Android astucieuse utilise les ondes sonores pour vous permettre d’envoyer des messages sans fil sous l’eau

179
0

Il y a plus d’une raison d’Ă©viter de laisser tomber son tĂ©lĂ©phone dans l’eau. Non seulement c’est catastrophique pour les appareils qui ne sont pas correctement Ă©tanches, mais votre appareil perdra Ă©galement la plupart de sa connectivitĂ© sans fil lorsqu’il sera immergĂ©, ce qui vous empĂŞchera d’envoyer des SMS Ă  vos amis qui sont passĂ©s par-dessus bord, Ă  moins que vous ne tĂ©lĂ©chargiez et installiez une nouvelle application crĂ©Ă©e par des chercheurs de l’UniversitĂ© de Washington.

Bien que presque tous les nouveaux smartphones puissent rĂ©sister Ă  une immersion. Mais lorsqu’il est immergĂ©, la plupart des meilleures fonctions d’un deviennent inutilisables, car les signaux sans fil ne se propagent pas aussi bien sous l’eau. La portĂ©e du wifi et du Bluetooth est limitĂ©e Ă  quelques centimètres, car l’eau absorbe efficacement les signaux sans fil de plus courte longueur d’onde. C’est pourquoi le four Ă  micro-ondes de votre cuisine est si efficace pour chauffer les aliments humides.

C’est un problème qui touche mĂŞme les armĂ©es du monde entier, dont beaucoup fonctionnent avec des budgets presque illimitĂ©s. Si les sous-marins veulent communiquer avec d’autres navires, ils doivent soit remonter Ă  la surface jusqu’Ă  un niveau leur permettant d’Ă©lever une antenne au-dessus de la ligne de flottaison, soit utiliser des systèmes de communication sonore reposant sur des microphones et des haut-parleurs. Par coĂŻncidence, la communication sonore est intĂ©grĂ©e Ă  tous les smartphones, et c’est la clĂ© du fonctionnement d’AquaApp, une nouvelle application permettant de communiquer sans fil sous l’eau sur de longues distances. DĂ©veloppĂ©e Ă  l’Ă©cole Paul G. Allen School of Computer Science & Engineering de l’universitĂ© de Washington, elle constitue un moyen astucieux d’Ă©tendre les capacitĂ©s d’un tĂ©lĂ©phone sans nĂ©cessiter de matĂ©riel supplĂ©mentaire.

MĂŞme les plongeurs professionnels s’appuient traditionnellement sur des centaines de signaux manuels diffĂ©rents pour communiquer entre eux sous l’eau, les appareils pouvant faciliter la messagerie sous-marine nĂ©cessitant gĂ©nĂ©ralement un budget de taille militaire. Mais l’AquaApp est gratuit, et son code open-source peut ĂŞtre tĂ©lĂ©chargĂ© sur GitHub pour ceux qui savent comment construire et installer des applications. (Un document de recherche rĂ©cemment publiĂ©, dĂ©taillant le dĂ©veloppement de l’application, est Ă©galement disponible ici). La seule autre chose dont les utilisateurs ont besoin est un tĂ©lĂ©phone ou un Ă©tui Ă©tanche.

Au lieu du wifi ou du Bluetooth, AquaApp utilise des signaux acoustiques pour diffuser des messages Ă  d’autres smartphones Android utilisant l’application, par le biais d’une interface qui fournit un accès rapide Ă  240 messages prĂ©dĂ©finis qui correspondent Ă  des signaux manuels de plongĂ©e. Ces signaux indiquent tout, de l’Ă©tat de l’Ă©quipement Ă  la prĂ©sence d’animaux sauvages Ă  proximitĂ©. Mais tout comme les ondes sonores peuvent ĂŞtre obstruĂ©es ou obscurcies sur terre, sous l’eau, elles peuvent ĂŞtre affectĂ©es par le bruit des bateaux et des animaux, le mouvement de l’eau elle-mĂŞme Ă  travers les vagues et les courants, et mĂŞme les rĂ©flexions de la surface de l’eau, du littoral ou du sol en dessous.

Image : Université de WashingtonImage : Université de Washington

Pour tenir compte de l’Ă©volution constante des conditions de diffusion sous l’eau, l’AquaApp envoie d’abord un signal d’introduction rapide appelĂ© prĂ©ambule Ă  un autre appareil, qui analyse ensuite le signal reçu Ă  l’aide d’un algorithme personnalisĂ© qui dĂ©termine le meilleur dĂ©bit binaire et les meilleures frĂ©quences Ă  utiliser pour chaque transmission. Les spĂ©cifications du signal optimisĂ© sont ensuite envoyĂ©es Ă  l’autre appareil avant que la messagerie complète en va-et-vient puisse commencer.

L’AquaApp a Ă©tĂ© testĂ© Ă  des profondeurs allant jusqu’Ă  15 mètres dans des eaux très frĂ©quentĂ©es, et ses crĂ©ateurs ont constatĂ© qu’il pouvait atteindre un taux de transmission de donnĂ©es compris entre 100 bps et 1,8 kbps Ă  une distance de 30 mètres, ce qui est idĂ©al pour l’envoi et la rĂ©ception de messages, ou jusqu’Ă  100 mètres si le dĂ©bit binaire est rĂ©duit Ă  10-20 bps, ce qui permet toujours de transmettre de simples messages S.O.S. en cas d’urgence. En d’autres termes, vous ne voudrez pas essayer d’Ă©changer des photos pendant une plongĂ©e, mais les chercheurs ont Ă©galement crĂ©Ă© leur propre protocole de mise en rĂ©seau pour l’application, qui permet Ă  60 utilisateurs de communiquer sous l’eau dans le mĂŞme chat de groupe, ce qui signifie qu’une vie sous la mer n’est plus un moyen sĂ»r d’Ă©chapper Ă  la messagerie de groupe chaotique de votre famille.

Article prĂ©cĂ©dentL’intĂ©rĂŞt ouvert pour les contrats Ă  terme perpĂ©tuels sur le bitcoin vient d’atteindre son plus haut niveau depuis 4 mois.
Article suivantLes antibiotiques accélèrent la croissance osseuse métastatique chez les souris atteintes de mélanome en appauvrissant la flore intestinale