Accueil Divertissements Arts Un masque tribal rare a été vendu aux enchères en France pour...

Un masque tribal rare a été vendu aux enchères en France pour 4,2 millions d’euros. Les membres de la communauté gabonaise de Montpellier ont protesté.

267
0

Un rare masque sculpté du XIXe siècle appartenant à la tribu gabonaise des Fang a été vendu aux enchères en France samedi pour 4,2 millions d’euros, malgré les protestations pendant la vente de certains Gabonais qui ont exigé son « retour » dans son pays d’origine, rapporte l’AFP.

Extrêmement rare, ce masque en bois pur, appartenant à une société secrète du peuple Fang du Gabon, a largement dépassé l’estimation très prudente de la maison de vente, qui se situait entre 300 000 et 400 000 euros, a annoncé la maison de vente aux enchères de Montpellier, dans le sud de la France, selon Agerpres.

« C’est un bien volé », s’exclame un homme qui se présente comme un membre de la communauté gabonaise de Montpellier depuis le fond de la salle des ventes.

« Nous allons déposer une plainte. Nos ancêtres, mes ancêtres, dans la communauté Fang, vont récupérer cet objet », un « bien colonial acquis par des moyens malhonnêtes », a-t-il dit, accompagné de plusieurs compatriotes.

Le commissaire-priseur, Jean-Christophe Giuseppi, a déclaré que la vente avait été « effectuée légalement, selon ses informations ».

Lire aussi :  Un musée de Rotterdam a ouvert le premier dépôt d'œuvres d'art consultable par le public au monde.
Accompagnés par des membres du service de sécurité, les manifestants ont quitté la salle dans le calme, mais ont continué à protester contre la vente aux enchères d’œuvres d’art africaines, dont une chaise du Congo, qui a atteint 44 000 euros.

Le masque vendu samedi mesure 55 cm et représente une figure humaine stylisée avec un front large et bombé, des yeux en amande et un nez qui plonge vers une petite bouche. Le menton se courbe vers l’avant et est entouré d’une barbe en fibres de raphia.

Le masque a été collecté vers 1917, dans des circonstances inconnues, par le gouverneur colonial français René-Victor Édouard Maurice Fournier (1873-1931) – en poste à Dakar puis au Congo français – probablement lors d’une tournée au Gabon, indique le catalogue de la vente. Selon les tests, l’artefact a été fabriqué au 19ème siècle.

Les descendants du gouverneur ont trouvé le masque lors de la vente d’une propriété familiale, « dans un grenier » où il avait été oublié depuis les années 1920, sans savoir qu’il s’agissait d’un artefact rare, a déclaré Jean-Christophe Giuseppi, ajoutant qu’il n’existe qu’une dizaine de masques de ce type dans le monde.

« Le masque appartenait à la société secrète Ngil, composée de « justiciers » qui parcouraient les villages en chassant les fauteurs de troubles, notamment ceux soupçonnés de sorcellerie. Leurs peines peuvent conduire à la mort », a déclaré M. Giuseppi.

Lire aussi :  La dernière photographie du poète Mihai Eminescu sera mise aux enchères le 19 juillet. Quel est le prix de départ

En 2006, un masque en bois de 48 cm appartenant à la même tribu a été acheté à Paris pour 5,9 millions d’euros, un record pour ce type d’objet dont l’esthétique a inspiré des peintres comme Modigliani et Picasso.

Article précédentAlexandru Cicâldău, une passe de but dans Galatasaray – FC Barcelona ! Brillant centre du milieu de terrain roumain.
Article suivantLa guerre en Ukraine. Maire de Kharkov : La situation est très difficile. Les bombardements russes sont aléatoires
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !