Accueil Internationales Un journaliste sibérien admis en hôpital psychiatrique après avoir écrit sur l’attaque...

Un journaliste sibérien admis en hôpital psychiatrique après avoir écrit sur l’attaque du théâtre de Mariupol

116
0

Maria Ponomarenko, journaliste et militante de la péninsule sibérienne, a été admise dans un hôpital psychiatrique dans l’attente de son procès pour avoir publié des articles sur la guerre en Ukraine.

Liberté.

Maria a été admise dans un hôpital psychiatrique pour y subir des examens et restera hospitalisée pendant un mois. Elle ne peut pas recevoir de visites ou de lettres de ses proches, mais peut seulement rester en contact avec son avocat, Sergei Podolsky.

« Notre collègue se trouve maintenant à l’hôpital psychiatrique clinique régional de l’Altaï, situé à Barnaul au 13, rue Suvorova. L’avocat de Maria, Sergei Podolsky, a déclaré qu’elle avait été envoyée à l’hôpital pour un examen psychiatrique. Maria va passer environ un mois dans un hôpital psychiatrique », ont rapporté les collègues de la journaliste.

Lire aussi :  Zelenski accuse la Russie de commettre un génocide en Ukraine

« La militante Yana Drobnokhod, de Novossibirsk, écrit au sujet d’une visite à l’hôpital qu’elle a faite pour voir Maria : « Aujourd’hui, nous sommes allés la voir et lui avons remis un paquet. J’ai réussi à lui crier dessus au deuxième essai. Les lettres, les rencontres avec les proches sont interdites. Elle peut rencontrer un avocat », ont déclaré ses collègues.

Maria Ponomarenko a reçu plusieurs amendes par le passé pour son travail. En 2020, elle a été condamnée à une amende de 180 dollars pour une vidéo publiée sur le réseau social dans laquelle elle disait « Allons nourrir les pigeons le 8 août ». Les oiseaux ont faim » – un message qui, selon les procureurs, encourageait les gens à participer à des rassemblements non autorisés en solidarité avec les manifestants de la ville d’Habarovsk, dans la région russe d’Habarovsk.

Lire aussi :  Russes et Ukrainiens s'accusent mutuellement d'exploiter de vastes zones de la mer Noire : risques pour les navires marchands

Alexandra Skochilenko, une autre militante emprisonnée pour avoir diffusé des « fake news » sur l’armée russe après avoir remplacé les étiquettes de prix dans un supermarché par des informations sur l’attaque du théâtre de Mariupol, a également reçu l’ordre, le mois dernier, de subir une évaluation psychiatrique.

Article précédentOne UI Watch4.5 apporte un nouveau clavier QWERTY et d’autres fonctionnalités aux smartwatches Galaxy
Article suivantRobert Lewandowski attend de quitter le Bayern
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !