Accueil Dernières minutes ! Internationales Un film dystopique sur la déportation des Afro-Brésiliens vers l’Afrique suscite une...

Un film dystopique sur la déportation des Afro-Brésiliens vers l’Afrique suscite une controverse politique et des accusations de censure au Brésil.

41
0

« Executive Order », un film dystopique brésilien sur un gouvernement ordonnant le retour des Noirs en Afrique, a suscité une controverse politique au Brésil, sur fond d’accusations selon lesquelles l’administration de droite du président Jair Bolsonaro tente de le censurer, rapporte l’AFP.

Le film est le premier film de l’acteur brésilien Lazaro Ramos, qui a été acclamé dans une série de festivals internationaux, de Moscou à Memphis.

« Executive Order » n’est pas encore à l’affiche au Brésil sur fond d’allégations selon lesquelles l’Agence brésilienne du cinéma tarde intentionnellement à donner le feu vert au film parce qu’il est considéré comme défavorable à l’administration Bolsonaro.

« Je ne saurais dire si c’est la bureaucratie ou la censure qui est à l’œuvre, mais les deux dressent des barrières à la culture », déclare Ramos, dont le film a été présenté au Festival international du film de Rio de Janeiro.

L’intrigue du film porte sur un avenir dans lequel le gouvernement oblige tous les Noirs ou ceux dont la peau a une pigmentation foncée à se rendre aux autorités pour être déportés en Afrique.

Lire aussi :  Ion Cristoiu identifie la source des tensions : "Le renouveau économique et militaire de la Russie est entré en conflit avec le statut imposé de serviteur de l'Occident".

Les Afro-Brésiliens répondent par un mouvement de résistance et des arrestations dans la rue ont lieu.

Le film est truffé de mentions du racisme structurel dans le Brésil d’aujourd’hui – en fait, le Brésil a été le dernier pays d’Amérique du Sud à abolir l’esclavage en 1888.

Certaines autorités de la société dystopique présentent de fortes similitudes avec des figures du gouvernement de Bolsonaro.

En avril, Sergio Camargo, allié du président brésilien et directeur de la Fondation culturelle Palmares, a appelé au boycott du film.

« C’est une pure mentalité de victime et une attaque diffamatoire contre notre président », déclare Camargo, un Brésilien noir qui a déjà fait d’autres affirmations controversées comme l’idée que l’esclavage était « bénéfique aux personnes d’ascendance africaine ».

L’un des personnages du film est Capitu, interprétée par Tais Araujo, l’épouse du réalisateur, décrite comme une « femme noire qui ne veut pas discuter du racisme au départ, mais veut simplement vivre sa vie ». Jusqu’à ce que la vie devienne une vocation et qu’elle doive s’enfoncer profondément » dans ses difficultés.

Lire aussi :  L'ONG allemande Sea-Watch a sauvé 100 migrants de la Méditerranée

Le film « Marighella » réalisé par la star de « Narcos », Wagner Moura, a suscité une controverse similaire il y a quelques années.

Un biopic du chef de la guérilla de gauche qui a lutté contre la dictature militaire du Brésil (1964-1985), le film deux fois en 2019 a été refusé par l’agence cinématographique avant d’être autorisé à être projeté au Brésil le mois dernier.

Bolsonaro, ancien capitaine de l’armée, est un fervent admirateur de l’ancien régime militaire, malgré les violations massives des droits de l’homme.

Peu après son entrée en fonction en 2019, il a déclaré qu’il avait l’intention de « filtrer » les productions cinématographiques brésiliennes.

« S’il n’y a pas ce filtre, nous abandonnerons Ancine (l’autorité cnématographique) », a-t-il déclaré.

« Nous ne cesserons pas de débattre de la question ou de réfléchir à la façon dont ce pays a été fondé », a déclaré M. Ramos.

Article précédentLes 10 actions américaines les plus rentables sur 5 ans
Article suivantLa Serbie, l’Albanie et la Macédoine du Nord sont prêtes à intensifier leurs relations politiques et économiques
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !