Accueil Dernières minutes ! Internationales TENSION | La Suisse n’a pas d’ordre à recevoir de l’Union européenne,...

TENSION | La Suisse n’a pas d’ordre à recevoir de l’Union européenne, prévient le ministre bernois des Affaires étrangères.

78
0

La Suisse ne reçoit pas d’ordres de l’Union européenne, a déclaré vendredi le ministre suisse des Affaires étrangères Ignazio Cassis, soulignant que les négociations sur l’accord-cadre avec l’UE ne sont pas à l’ordre du jour tant qu’un agenda commun n’est pas défini entre Berne et Bruxelles, rapporte l’AFP, selon AGERPRES.

« Il n’y a pas d’ordre à donner ou à recevoir entre l’UE et la Suisse », a déclaré Ignazio Cassis dans une longue interview accordée au journal du groupe de médias Tamedia.

« Le Conseil fédéral connaît les souhaits de l’UE. Ce n’est pas nouveau », a expliqué le ministre après s’être entretenu lundi à Bruxelles avec le vice-président slovaque de la Commission européenne, Maros Sefcovic, qui est chargé de l’épineux dossier suisse.

Il s’agissait de la première rencontre en face à face entre les deux hommes depuis la décision de Berne, fin mai, d’enterrer le projet d’accord avec l’UE, après des années de discussions visant à homogénéiser le cadre juridique de la participation de la Suisse au marché unique de l’UE, son principal partenaire économique, et à mettre en place un mécanisme de règlement des différends.

Lire aussi :  Une inflation record frappe Istanbul. La nourriture a augmenté de 15%.

Il s’agit de questions strictement politiques et non de discussions techniques, a expliqué le ministre, ajoutant qu' »il n’a jamais été dans l’intention du Conseil fédéral de reprendre immédiatement les négociations après l’échec de l’accord-cadre en mai ».

M. Cassis a déclaré qu’il avait été clair à ce sujet lors de sa rencontre avec M. Sefcovic, et que ce qu’il a rapporté par la suite au sujet des discussions « n’a pas grand-chose à voir avec notre réunion ».

Lundi, M. Sefcovic a souligné que « l’ensemble du dialogue politique doit être ciblé et substantiel. » « Il ne peut s’agir d’une coquille vide », a fait remarquer le fonctionnaire européen, ajoutant que les discussions techniques allaient s’intensifier et qu’il rencontrerait à nouveau le ministre suisse en janvier à Davos, en Suisse, en marge du Forum économique mondial, pour mettre au point un calendrier et confirmer la reprise du dialogue.

Lire aussi :  Le vaccin développé par Pfizer-BioNTech a montré une protection durable chez les jeunes de 12 à 15 ans.

Berne ne se laissera pas mettre sous la pression de l’UE, a insisté Cassis, tandis que Sefcovic a dit attendre une feuille de route. « Il n’a pas été question de délai lors de notre réunion », a souligné le ministre suisse.

« Une feuille de route pour les négociations n’est pas à l’ordre du jour pour le moment. Il s’agit de voir quelles sont les attentes des deux parties et aussi de ne pas oublier que dans 95% des cas, il n’y a pas de litige », a conclu M. Cassis.

Article précédentPep Guardiola, extrêmement nerveux lors de la conférence de presse. « Ne me demandez pas ça ». Ce qui le rendait fou
Article suivantAvertissement de la banque centrale sur les crypto-monnaies : les investisseurs risquent des pertes importantes
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !