Accueil Dernières minutes ! Internationales Stoltenberg répond à Riabkov : c’est la Russie, et non l’OTAN, qui...

Stoltenberg répond à Riabkov : c’est la Russie, et non l’OTAN, qui a déployé des missiles à armement nucléaire en Europe. Pourquoi la proposition de moratoire n’est pas crédible

54
0

L’OTAN ne prévoit pas de déployer des missiles
missiles en Europe, le secrétaire d’État à la défense a assuré que les
Jens Stoltenberg a rejeté mardi les accusations selon lesquelles l’Alliance de l’Atlantique nord
Les accusations de la Russie et les appels à un moratoire sur de telles armes en Europe, rapports
Reuters.

Selon M. Stoltenberg, la Russie a violé pendant des années le traité INF sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, aujourd’hui dénoncé par la Russie et les États-Unis, et l’OTAN n’a pas l’intention de faire de même. Compte tenu des systèmes à armes nucléaires déployés par les Russes en Europe, le secrétaire général de l’OTAN estime que la proposition de moratoire « n’est pas crédible ».

« La proposition de moratoire de la Russie n’est pas crédible car nous avions une interdiction et (les Russes, ndlr) ont violé cette interdiction », a déclaré Jens Stoltenberg cité par Reuters.

« Donc, à moins que la Russie ne détruise de manière vérifiable tous ses missiles SSC-8, ceux qui ont violé les FNI, elle n’est pas crédible lorsqu’elle propose une interdiction sur quelque chose qu’elle avait déjà commencé à déployer », a déclaré le chef de l’OTAN.

Lire aussi :  Une vaste étude à l'échelle de la population danoise confirme le lien entre la vaccination Moderna et les problèmes cardiaques

Dans une interview publiée lundi par l’agence de presse RIA Novosti, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, menace d’une action militaire si les États-Unis et l’OTAN ne répondent pas à la demande de « garanties de sécurité » de son pays. Le haut diplomate russe déclare que Moscou est préoccupé par le déploiement éventuel de missiles à courte et moyenne portée en Europe.

« L’absence de progrès dans le règlement politique et diplomatique de ce problème rendra notre réponse militaire et militaro-technique », a-t-il transmis, affirmant que son pays ne compte pas sur ses missiles à courte et moyenne portée car il respecterait « un moratoire unilatéral. » Il a appelé l’OTAN à se joindre au moratoire de la Russie.

Lire aussi :  PROSPERITE dans les hôpitaux de Londres : Bien qu'ils aient été vaccinés, les médecins ont été infectés sur la tête - L'armée a envoyé des centaines de médecins militaires pour les aider.

Ces déclarations interviennent quelques semaines après que le président russe Vladimir Poutine a demandé au ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov d’obtenir de l’OTAN des « garanties de sécurité », c’est-à-dire l’engagement que l’Alliance ne s’étendrait pas en Ukraine, en Géorgie et en Moldova.

L’OTAN a déjà fait comprendre au président russe que l’Ukraine est un pays souverain et que son adhésion ou non à l’Alliance en dépendra. En outre, l’Alliance a dénoncé la tentative de Poutine de rétablir des sphères d’influence pour Moscou, comme en témoignent les prétendues garanties qu’il exige.

Tout en faisant pression sur le front diplomatique, le Kremlin agite également le spectre des armes, en mobilisant plus de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne.

L’OTAN, les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont déjà averti la Russie qu’elle s’exposerait à de graves conséquences stratégiques si elle attaquait à nouveau l’Ukraine.

Article précédenten direct a ouvert le laboratoire de réseaux de communications à son siège de Dongguan.
Article suivantKevin Durant condamné à une amende de 25 000 dollars après avoir insulté un fan
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !