Accueil Economie Shell a interrompu mardi ses achats de pétrole en Russie et va...

Shell a interrompu mardi ses achats de pétrole en Russie et va rompre tous ses liens avec ce pays.

164
0

Le groupe anglo-nĂ©erlandais Royal Dutch Shell a cessĂ© mardi d’acheter du pĂ©trole Ă  la Russie et a dĂ©clarĂ© qu’il couperait complètement les liens avec ce pays, alors que les États-Unis ont intensifiĂ© leur campagne visant Ă  punir Moscou pour l’invasion de l’Ukraine en interdisant les importations de pĂ©trole et d’Ă©nergie russes, rapporte Reuters.

La Grande-Bretagne a Ă©galement annoncĂ© qu’elle allait interdire les importations de russe, mais uniquement en les supprimant progressivement en 2022 afin de donner aux entreprises le temps de trouver d’autres sources d’approvisionnement.

La hausse des prix des mĂ©taux depuis que la Russie a attaquĂ© l’ commence Ă  faire mal Ă  certains nĂ©gociants pris du mauvais cĂ´tĂ© du marchĂ©, ainsi qu’aux consommateurs finaux tels que les constructeurs automobiles.

Le London Metal Exchange (LME) a interrompu les échanges de nickel mardi après que les prix de ce métal, qui est un composant clé des batteries pour véhicules électriques, ont doublé pour dépasser les 100 000 dollars la tonne.

Lire aussi :  La FAO prĂ©voit une nouvelle hausse des prix alimentaires mondiaux

La dĂ©cision de Shell d’abandonner la Russie intervient quelques jours après que l’entreprise a Ă©tĂ© confrontĂ©e Ă  une vague de critiques pour avoir achetĂ© du pĂ©trole russe – une transaction qui, il y a deux semaines, aurait Ă©tĂ© routinière -, ce qui montre Ă  quel point le statut de paria de Moscou s’accroĂ®t, mĂŞme sur un marchĂ© qu’il dominait auparavant.

« Nous sommes tout Ă  fait conscients que notre dĂ©cision de la semaine dernière d’acheter une cargaison de pĂ©trole brut russe Ă  raffiner en produits tels que l’essence et le diesel – bien qu’elle ait Ă©tĂ© prise avec la sĂ©curitĂ© de l’approvisionnement au premier plan de notre rĂ©flexion – n’Ă©tait pas la bonne et je suis dĂ©solé », a dĂ©clarĂ© le PDG Ben van Beurden.

Lire aussi :  Le gĂ©ant pĂ©trolier BP se retire du capital de la sociĂ©tĂ© russe Rosneft.

Bien qu’aucune sanction n’ait encore forcĂ© un tel retrait d’investissement, Shell et ses rivaux BP et Exxon Mobil ont annoncĂ© leur intention de vendre leurs participations en Russie et de quitter le pays, laissant la sociĂ©tĂ© française TotalEnergies relativement Ă  l’abri dans sa dĂ©cision de conserver ses investissements.

Des dizaines d’entreprises ont cessĂ© leurs activitĂ©s en Russie depuis l’invasion de l’Ukraine, que Moscou a qualifiĂ©e d' »opĂ©ration militaire spĂ©ciale » visant non pas Ă  occuper un territoire mais Ă  dĂ©truire les capacitĂ©s militaires de l’Ukraine.

Le fabricant allemand de vêtements de sport Adidas, la société de cosmétiques Estee Lauder et le propriétaire de Calvin Klein et Tommy Hilfiger, PVH Corp, figurent parmi les dernières marques à avoir annoncé la suspension de leurs activités en Russie.

Article précédentZelensky a rendu visite à des soldats blessés au combat. Quel message il leur a donné
Article suivantLa guerre repousse le barrage de la Coupe du monde. Le match Écosse-Ukraine aura lieu
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !