Accueil Dernières minutes ! Internationales Rina Amiri, Afghan Sanvant, Envoyé spécial des États-Unis pour les droits des...

Rina Amiri, Afghan Sanvant, Envoyé spécial des États-Unis pour les droits des femmes en Afghanistan

39
0

Les États-Unis ont nommé un nouvel envoyé spécial pour les femmes, les jeunes et les droits de l’homme en Afghanistan. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a annoncé la nomination de Rina Amiri, universitaire américaine d’origine afghane et consultante sur les affaires afghanes.

« En tant qu’envoyée spéciale, elle travaillera sur un certain nombre de dossiers d’une importance capitale pour moi, pour l’administration américaine et pour la sécurité nationale des États-Unis : les droits de l’homme et les libertés fondamentales des femmes, des filles et des autres populations à risque, dans toute leur diversité », a déclaré M. Blinken dans un communiqué.

Près de six mois après le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, Antony Blinken a rappelé que les États-Unis souhaitent « un Afghanistan pacifique, stable et sûr où tous les Afghans peuvent s’épanouir ».

Lire aussi :  La Russie soumettra des propositions aux États-Unis dans une semaine, dans le prolongement du sommet virtuel Poutine-Biden sur l'Ukraine.

L’accès des filles et des femmes afghanes à l’éducation et leur droit de voyager ont été sévèrement limités par les autorités talibanes depuis leur retour au pouvoir dans le pays en août.

En quête de reconnaissance internationale, les talibans se sont engagés à gouverner de manière moins brutale que sous leur premier régime (1996-2001), mais les femmes sont toujours exclues des fonctions publiques et ne sont pas autorisées à fréquenter l’école secondaire.

Les talibans ont également émis des recommandations demandant aux conducteurs de ne pas parcourir de longues distances avec des femmes, à moins qu’elles ne soient accompagnées.

Lire aussi :  Les Britanniques risquent de manquer de champagne le soir du Nouvel An

Le respect des droits des femmes est l’une des conditions exigées par les donateurs pour la reprise de l’aide internationale à l’Afghanistan.

L’Afghanistan, l’un des pays les plus pauvres du monde, traverse une crise économique profonde. Les Nations unies ont mis en garde contre une « avalanche de famine » à venir, estimant que 22 des quelque 40 millions d’Afghans risquent de souffrir de graves pénuries alimentaires cet hiver.

Article précédentUne des stars de la Juventus veut le FC Barcelone. Le premier gros coup de Xavi
Article suivantMaia Morgenstern : Nous avons cherché des options de survie en 2021 et la réalisation de l’année a été la continuité.
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !