Accueil Divertissements Sport Red Bull, les secrets de la recette du succès dans le football...

Red Bull, les secrets de la recette du succès dans le football européen. Ce que Leipzig et Salzbourg ont en commun

40
0

Bien qu’il n’ait pas pris le moindre point dans l’actuelle Ligue des champions de l’UEFA, dans un groupe comprenant Manchester City, le Paris Saint-Germain et le Club Brugge, le RasenBallsport Leipzig est l’une des équipes qui ont impressionné par leur jeu spectaculaire. Et ce, malgré le fait qu’ils aient perdu cet été leur entraîneur Julian Nagelsmann et deux importants joueurs défensifs et offensifs : le Français Dayot Upamecano et l’Autrichien Marcel Sabitzer, qui sont tous deux partis au Bayern Munich.

Le Red Bull Salzbourg, quant à lui, est en tête du groupe qui comprend également Lille, Wolfsburg et Séville et a de bonnes chances de se qualifier pour les huitièmes de finale. Les deux clubs ont une philosophie de jeu commune, qu’ils respectent à la lettre, basée sur la vitesse et le pressing.

Salzbourg et Leipzig pratiquent un football agressif et dynamique, fidèle aux principes de base de la société Red Bull qui les sponsorise. Tout a commencé au début des années 1980, lorsque Dietrich Mateschitz se trouvait en Thaïlande et se sentait si fatigué par le décalage horaire qu’il a essayé une potion à base de taurine. L’effet est si impressionnant qu’en 1984, il crée ce qui deviendra la marque de boisson énergétique la plus connue au monde.

Comment un empire sportif est né d’une simple boisson énergétique

Mais Mateschitz ne s’est pas arrêté là et a voulu promouvoir sa boisson par le biais du sport, et son succès se mesure aux près de huit milliards de canettes vendues rien que l’année dernière. Il a d’abord créé deux équipes en Formule 1, Red Bull Racing et Alpha Tauri, et associé sa marque aux plus grandes compétitions de sports extrêmes.

Puis, en 2005, l’année des débuts de Red Bull Racing au Grand Prix, il a repris l’Austria Salzburg, qui est devenu la première force du football autrichien sous le nouveau nom de Red Bull Salzburg, avec 12 titres de champion et huit coupes remportées.

Lire aussi :  Trois gestes essentiels à faire après le sport

Ce n’est que le début de l’empire sportif imaginé par Mateschitz, qui va de succès en succès : il rachète les New York MetroStars de la Major League Soccer, rebaptisés New York Red Bulls, et fonde Red Bull Ghana en 2008, un club qui sera dissous en 2014, RasenBallsport Leipzig en 2009, Red Bull Brasil Bragantino et le FC Liefering d’Autriche en 2011.

Vitesse, énergie, pressing, les éléments communs à tous les clubs appartenant au Red Bull.

Même si les performances de ces clubs sont très différentes, l’idée du jeu est la même : un football rapide et énergique qui promeut le slogan fondamental de Red Bull : la jeunesse sans la vieillesse. « Notre philosophie est très claire : nous l’avons établie il y a neuf ou dix ans et nous ne la changerons pas ».a déclaré Christoph Freund, l’actuel directeur sportif de Salzbourg.

L’ensemble du concept de jeu a été mis au point par Ralf Rangnick, qui a été directeur sportif de Salzbourg et de Leipzig entre 2012 et 2020. Bien que le système de jeu ne soit pas commun à tous les clubs sous l’égide de Red Bull, plus importante est l’image promue sur le terrain par chacun d’eux, et cela passe par la politique de recrutement.

L’exubérance de la jeunesse est toujours recherchée plutôt que la maturité, Rangnick lui-même ayant fait valoir à un moment donné que les jeunes joueurs ont un plus grand désir d’apprendre et de récupérer beaucoup plus rapidement. « Beaucoup de clubs cherchent un entraîneur pour développer un certain style de jeu, même si le scouting n’aide pas vraiment. En fait, le repérage est la base. Un chef étoilé au Michelin peut difficilement faire une cuisine exceptionnelle avec des ingrédients qui ne sont pas assortis. Un certain type de joueur est recherché : jeune, mentalement et physiquement irréprochable et rapide. Si un joueur n’est pas trop rapide, il doit être plus intelligent. »Christoph Freund a expliqué l’importance de la politique de recrutement.

Lire aussi :  Xavi a impressionné les joueurs de Barcelone par ses méthodes : "C'est incroyable !". Ce qu'a dit l'une des futures superstars catalanes

Dans la famille Red Bull, il n’y a pas deux clubs identiques, les ambitions sont différentes, mais les principes sont communs, tout comme l’envie de performer.

Comme même le plus petit groupe d’enfants a la même philosophie que l’équipe senior, les résultats ne se sont pas fait attendre dans tous les clubs appartenant au groupe Red Bull. Ainsi, en plus de 12 titres et 8 coupes d’Autriche, Salzbourg joue la Ligue des champions depuis trois ans, Leipzig, après avoir été promu de la cinquième ligue allemande à la Bundesliga, a été deux fois vice-champion et a atteint les demi-finales de la Ligue des champions en 2020.

Les New York Red Bulls ont disputé une finale de Major League Soccer et ont été cinq fois champions de la Conférence de l’Est, Bragantino a été promu en Premier League brésilienne et le FC Liefering est passé de la quatrième division à la deuxième division autrichienne, sans pouvoir prétendre à une nouvelle promotion.

Comme dans une vraie famille, les relations entre ces clubs sont très bonnes, ce dont témoignent également les nombreux échanges de joueurs entre eux. En fait, Leipzig a reçu pas moins de 18 joueurs de Salzbourg au cours des neuf dernières années, tandis que six sont passés des Allemands aux champions autrichiens. Dans le même temps, dans l’effectif actuel du FC Liefering, en deuxième division, 15 des 33 joueurs sont prêtés par Salzbourg.

Cependant, c’est toujours le footballeur qui a le dernier mot, comme ce fut le cas récemment avec Erling Braut Haaland, transféré par le Borussia Dortmund en 2019, alors que Leipzig avait manifesté son intérêt pour le transfert du Norvégien de Salzbourg.

Article précédentPep Guardiola fait l’éloge de Cristiano Ronaldo avant United – City : « Un des meilleurs de l’histoire ! »
Article suivantCristiano Ronaldo bat record sur record en Ligue des champions ! Réaction des Portugais après le « doublé » contre l’Atalanta
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !