Accueil Dernières minutes ! Internationales Rapport : les sept dernières années, par de loin la plus chaude jamais...

Rapport : les sept dernières années, par de loin la plus chaude jamais enregistrée

40
0

Les sept dernières années ont été « de loin » les plus chaudes.
jamais enregistrée dans le monde, et 2021 a été la cinquième année la plus chaude
jamais enregistrée, la température annuelle moyenne dépassant 1,1 à 1,2 °C.
le niveau préindustriel des années 1850-1900, révèle le Centre dans son rapport annuel.
Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), qui fait partie de l’Agence européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (AESA), a été créé par la Commission européenne.
Le service Copernicus, rapporte l’AFP.

L’augmentation est particulièrement marquée sur une bande qui s’étend de la côte ouest de l’Amérique du Nord au Groenland, mais aussi en Afrique centrale et au Moyen-Orient.

L’été dernier a été marqué par des extrêmes au Canada, où la petite ville de Lytton a établi un nouveau record national de canicule avec 49,5°C à la fin du mois de juin.

L’Europe a été frappée par l’été le plus chaud jamais enregistré, avec de fortes vagues de chaleur en Méditerranée et des inondations en Europe centrale.

Lire aussi :  Ce que Poutine attend de Biden

« Ces événements sont un rappel brutal de la nécessité de changer nos habitudes, de prendre des mesures décisives et efficaces en faveur d’une société durable et d’agir pour réduire les émissions nettes de carbone », a déclaré le directeur de la C35, Carlo Buontempo, dans un communiqué.

Loin de l’accord de Paris sur le climat

Le service européen a également examiné les concentrations de gaz à effet de serre – la cause de ce réchauffement climatique.

Elle confirme – sans surprise – que celles du cardon et du méthane ont continué à augmenter.

Les niveaux mondiaux de dioxyde de carbone (CO2) ont atteint un record annuel, avec une moyenne de 414 parties par million de molécules dans l’air (ppm), alimentés par les incendies – notamment ceux de Sibérie, qui ont émis 1 850 mégatonnes de carbone.

Les concentrations de méthane (CH4) atteignent également un record annuel d’environ 1 876 parties par milliard de molécules dans l’air (ppb), une augmentation significative – un taux d’augmentation de 16,3 ppb/an – que l’agence n’explique pas précisément.

« Identifier l’origine de l’augmentation est un défi car le méthane a de nombreuses sources, dont certaines sont anthropiques (par exemple, l’exploitation des champs de pétrole et de gaz), mais aussi naturelles ou semi-naturelles (par exemple, les zones humides) », explique l’agence.

Les résultats de ce rapport montrent une fois de plus à quel point le monde s’est éloigné des objectifs de l’Accord de Paris de 2015 en matière de changement climatique, à savoir réduire les gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement de la planète à +2°C, voire +1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels.

Selon un rapport des experts climatiques de l’ONU (GIEC), pour ne pas dépasser ce seuil de +1,5°C, le monde doit réduire les émissions de CO2 de 45% par rapport aux niveaux de 2010 d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle.

Article précédentAcer lance de nouveaux ordinateurs de bureau et moniteurs de jeu Predator au CES 2022
Article suivantQuand Antonia et Alex Velea se marieront-ils ? L’annonce de la chanteuse
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !