Accueil High Tech Rapport de l’ONU : l’homme est la principale cause de la crise...

Rapport de l’ONU : l’homme est la principale cause de la crise de l’environnement naturel. Ils doivent cesser de la consid√©rer comme une source de profit.

105
0

L’ONU pr√©vient que l’humanit√© doit cesser de consid√©rer la nature comme une source de profit √† court terme et se rattacher aux ¬ę¬†valeurs¬†¬Ľ qui lient son bien-√™tre √† celui de la plan√®te.

Les deux documents seront √† l’ordre du jour de la r√©union COP15 sur la biodiversit√© qui se tiendra en d√©cembre √† Montr√©al, et qui devrait √©tablir un cadre pour la protection de la nature et de ses ressources √† l’√©chelle mondiale d’ici 2050, rapporte Agerpres.

L’homme, principale cause de la crise de l’environnement naturel

Pour le rapport publié samedi, 80 experts ont examiné, sur une période de quatre ans, plus de 13 000 études scientifiques sur la destruction des écosystèmes, les raisons de cette destruction et les valeurs alternatives susceptibles de promouvoir la durabilité.

Les chercheurs ont conclu que l’homme est la principale cause de cette crise de l’environnement naturel, qui progresse en √©troite relation avec le d√©r√®glement climatique.

Depuis 1950, l’esp√©rance de vie moyenne a doubl√©, tandis que le revenu par habitant a √©t√© multipli√© par cinq.

Lire aussi :  L'internet des objets a de beaux jours devant lui

Pourtant, ¬ę¬†la nature est ce qui nous permet de vivre, en nous fournissant de la nourriture, des m√©dicaments, des mati√®res premi√®res, de l’oxyg√®ne, en r√©gulant le climat et bien d’autres choses encore¬†¬Ľ, d√©clare Inger Andersen, directrice du programme des Nations unies pour l’environnement.

Mais la Terre a des contraintes physiques, et selon les scientifiques, au moins six des neuf ¬ę¬†limites plan√©taires¬†¬Ľ – ces seuils que l’humanit√© ne doit pas franchir pour maintenir des conditions favorables √† son propre d√©veloppement – ont d√©j√† √©t√© franchies.

Deux précédents rapports des Nations unies Рsur le changement climatique et sur la biodiversité en 2019 Рont déjà conclu que seule une transformation profonde de nos modes de production, de distribution et de consommation peut renverser la situation.

Quatre catégories de valeurs humaines par rapport à la nature

Le rapport des Nations unies d√©finit quatre grandes cat√©gories de ¬ę¬†valeurs¬†¬Ľ humaines par rapport √† la nature, qui peuvent √™tre r√©sum√©es comme suit : vivre ¬ę¬†de¬†¬Ľ, ¬ę¬†avec¬†¬Ľ, ¬ę¬†dans¬†¬Ľ et ¬ę¬†comme¬†¬Ľ l’environnement.

Ainsi, les humains vivent ¬ę¬†de¬†¬Ľ la nature s’ils exploitent ses ressources pour alimenter leur croissance et leurs moyens de subsistance.

Lire aussi :  Sony lance la barre de son HT-S400 avec un caisson de basses sans fil et une puissance de 330W

Vivre ¬ę¬†avec la nature¬†¬Ľ exige de la consid√©rer ind√©pendamment des besoins humains. L’objectif d√©clar√© d’accorder le statut de zone prot√©g√©e √† 30 % de la surface de la plan√®te entre notamment dans cette cat√©gorie.

Les soci√©t√©s – en particulier les soci√©t√©s indig√®nes – vivant ¬ę¬†dans¬†¬Ľ la nature, l’environnement fait partie de leur identit√© et de leur culture, une union pouss√©e plus loin par celles qui vivent ¬ę¬†comme¬†¬Ľ la nature.

Dans le m√™me temps, si certains affirment que l’attribution d’une valeur mon√©taire aux ressources naturelles peut inciter les gouvernements, les entreprises et les consommateurs √† en prendre soin, d’autres pensent que donner un prix √† quelque chose d’inestimable ne peut avoir que l’effet inverse. Si certaines √©valuations en termes mon√©taires sont possibles – par exemple, la valeur de la for√™t comme moyen de compenser les √©missions de carbone – d’autres √©valuations, comme la d√©termination de sa valeur spirituelle pour ceux qui y vivent, sont impossibles.

Article pr√©c√©dentLe directeur de l’exposition Documenta en Allemagne d√©missionne suite √† l’indignation suscit√©e par des Ňďuvres antis√©mites.
Article suivantLa r√©union du G20 s’est termin√©e sans communiqu√© commun. Les √Čtats occidentaux n’ont pas accept√©