Accueil High Tech Parler se lance dans le secteur des services en nuage avec une...

Parler se lance dans le secteur des services en nuage avec une croisade « irrévocable ».

101
0

Aujourd’hui, c’est le moment idĂ©al pour se rappeler qu’Internet peut toujours empirer. Parler, le rĂ©seau social d’extrĂŞme droite qui avait Ă©tĂ© exclu du net pour son rĂ´le dans les Ă©meutes du 6 janvier au Capitole, se lance dans les nuages. La nouvelle version de la plate-forme a acquis Dynascale Inc, une sociĂ©tĂ© d’hĂ©bergement web et de services en nuage basĂ©e Ă  Irvine, en .

La plateforme change Ă©galement de nom pour devenir Parlement Technologies, dans le cadre de l’achat, ce qui prĂ©pare le terrain pour un pivot et une expansion du simple «  conservateur » aux services Web conservateurs.

« Nous entrons dans une nouvelle ère en tant que Parlement Technologies, une ère qui va bien au-delĂ  des limites d’une plateforme de mĂ©dias sociaux de libre expression », a dĂ©clarĂ© le PDG George Farmer, dans un communiquĂ© de presse vendredi annonçant la fusion. « Nous sommes convaincus que Parlement Technologies sera le moteur de l’avenir. Et l’avenir est inĂ©luctable », a-t-il ajoutĂ©.

La sociĂ©tĂ© a Ă©galement annoncĂ© qu’elle a reçu 16 (22) millions de dollars US en financement de sĂ©rie B, et a accumulĂ© 56 (78) millions de dollars US de fonds Ă  ce jour. C’est ce qui a permis Ă  Parler d’acheter Dynascale, et ses 5o 000 pieds carrĂ©s d’espace serveur.

Depuis sa crĂ©ation, Parler est fier de sa modĂ©ration hyper-laxe, qui permet Ă  la « libertĂ© d’expression » de s’Ă©panouir. L’application Parler a Ă©tĂ© Ă©jectĂ©e des boutiques et , et l’ensemble du site a Ă©tĂ© virĂ© d’Amazon Web Services au lendemain du 6 janvier, après qu’il soit apparu que de nombreux insurgĂ©s avaient utilisĂ© la plate-forme pour se coordonner.

Parler a renouĂ© avec la vie quelques mois Ă  peine après son dĂ©-platformisme, grâce Ă  un financement important de la donatrice conservatrice Rebekah Mercer. Il y a seulement deux semaines, Google a autorisĂ© le retour de l’application morte sur son Play Store.

D’autres sites web d’extrĂŞme droite, souvent remplis de haine et de conspiration, ont connu le mĂŞme sort ces dernières annĂ©es : ils ont Ă©tĂ© Ă©vincĂ©s de l’hĂ©bergement principal, avant de rĂ©apparaĂ®tre ailleurs.

Plus rĂ©cemment, Kiwi Farms, une ramification de 4chan et un foyer de discours haineux, a Ă©tĂ© poussĂ© d’une sĂ©rie d’hĂ©bergeurs vers son nouveau domicile chez VanwaTech. Le site nĂ©onazi Daily Stormer a Ă©tĂ© virĂ© de GoDaddy et de Google après le rassemblement de suprĂ©macistes blancs de Charlottesville en 2017. Et le thĂ©oricien du complot Alex Jones a vu son contenu banni de plusieurs grandes plateformes.

Vraisemblablement, le nouveau Parlement Technologies s’efforce de devenir un fournisseur de niche de services Web pour ces sites et personnalitĂ©s, avec l’aide de l’infrastructure existante de Dynascale.

« Nous sommes honorĂ©s de servir de point d’ancrage pour la construction de ce qui deviendra un Ă©cosystème entier pour sĂ©curiser l’infrastructure commerciale et aider Ă  amplifier les plates-formes de libre expression », a dĂ©clarĂ© Igor Shalkevich, ancien prĂ©sident de Dynascale Inc (et maintenant cadre de la marque fusionnĂ©e), dans le communiquĂ© de presse.


Note de l’Ă©diteur : Les dates de sortie mentionnĂ©es dans cet article sont basĂ©es sur les , mais seront mises Ă  jour avec les dates locales australiennes dès que nous en saurons plus.

Article précédentLa championne de Wimbledon Elena Rybakina contrainte de jouer un match de qualification lors du prochain tournoi WTA ?
Article suivantLe prĂ©sident chinois Xi Jinping en visite au Kazakhstan avant le sommet de l’OCS