Accueil Dernières minutes ! Moderna déclare la guerre à la variante OMICRON. Quelles assurances le PDG...

Moderna déclare la guerre à la variante OMICRON. Quelles assurances le PDG de l’entreprise donne-t-il avant que la vague 5 ne fasse des ravages ?

54
0

La vaccination avec une dose complète « de rappel » du vaccin anticovirus de Moderna – plutôt qu’une demi-dose comme c’est le cas actuellement – augmente encore l’efficacité du vaccin contre la variante omicron du SRAS-VoV-2, a annoncé lundi la société pharmaceutique américaine dans un communiqué, rapporte l’AFP, selon news.ro.

Un « booster » de ce vaccin contre le covid-19 à ARN messager est actuellement utilisé pour administrer 50 microgrammes, c’est-à-dire la moitié de la dose des deux premières doses.

Selon des données préliminaires, après une vaccination de rappel de ce vaccin à cette dose, les anticorps qui neutralisent l’omicron sont environ 37 fois plus élevés que le niveau avant l’administration du rappel.

Lire aussi :  Pape François, message de Noël : "Jésus aime beaucoup les pauvres. En eux, il se fait connaître"

Toutefois, lorsqu’une dose complète de 100 microgrammes est administrée en guise de rappel, le taux d’anticorps neutralisant la variante omicron du SRAS-CoV-2 est environ 83 fois plus élevé.

Ces données sont « rassurantes », déclare Stéphane Bancel, PDG de Moderna, cité dans le communiqué.

Pour répondre à cette variante hautement transmissible, Moderna continuera à produire rapidement un « booster » spécifique à l’omicron », a-t-il annoncé.

Les essais cliniques de ce nouveau vaccin devraient être lancés au début de 2022.

Moderna travaille également sur des vaccins candidats adaptés à toutes les nouvelles varicelles préoccupantes.

Selon les résultats de l’étude, les personnes ayant reçu un « rappel » de ce type de vaccin ont vu leur taux d’anticorps neutralisants fortement augmenter, que le dosage soit de 50 ou 100 microgrammes.

Lire aussi :  L'Estonie s'apprête à restreindre le secteur des crypto-monnaies en introduisant des changements radicaux dans la définition des fournisseurs de services d'actifs virtuels (VASP).

Dans une interview au quotidien français Le Monde, le PDG de BioNTech, Ugur Sahin, qui est à l’origine de l’autre vaccin anti-covirus à ARN messager avec Pfizer, estime lundi que le vaccin BioNTech-Pfizer « semble assurer une protection de 70 ou 75% contre tout type » de cette maladie après la troisième vaccination.

Les premiers vaccins adaptés à l’omicron devraient être livrés en mars, « si les autorités (réglementaires) les approuvent », a réaffirmé Ugur Sahin.

Article précédentCharlene ne rentre pas à la maison pour Noël. Ce qui arrive à la princesse
Article suivantL’iPhone 15 Pro pourrait ne pas disposer d’un emplacement physique pour carte SIM
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !