Accueil Divertissements Célébrités Marina Almasan, après avoir été critiquée pour avoir défendu Buhnici : Je...

Marina Almasan, après avoir été critiquée pour avoir défendu Buhnici : Je me suis senti mal pour ces femmes que j’ai blessées par inadvertance.

109
0

Marina Almasan a présenté ses excuses aux femmes blessées par son message de soutien à George Buhnici, qu’elle dit ne pas avoir suffisamment pesé avant de le rendre public. Après que son éditorial a suscité une vague de critiques de la part de ses followers, la star de la télévision dit qu’elle s’est finalement mise à la place de ces femmes et qu’elle s’en veut de ne pas avoir mieux expliqué qu’elle ne faisait en fait référence qu’à une certaine catégorie de femmes.

« Après des lectures répétées, qui m’ont fait alterner des états de nausée, de « mea culpa », de tristesse, de regret, de silence, d’indignation, etc., je me suis finalement tourné vers un outil inattendu. Sauveur. J’ai fermé les yeux et imaginé que j’étais… en surpoids. Que je suis exactement la même personne, avec le même visage, le même parcours, le même métier, les mêmes envies, le même amour des parents, des enfants et des gens en général, seulement je suis… grosse. Pas gros, TRÈS gros.

Et toujours les yeux fermés, j’ai essayé de vivre un peu de la vie d’une telle femme. Le fait qu’elle n’arrive jamais à porter les robes qu’elle aimerait porter, le fait que les gens autour d’elle la regardent d’un air perplexe et que certains ghiolbans se moquent même d’elle, le fait qu’à chaque fois qu’elle se regarde dans le miroir, elle soupire et que lorsqu’elle regarde ses collègues de bureau beaucoup plus élancés, elle soupire encore.

J’ai essayé d’imaginer la douleur que lui cause toute activité à laquelle son corps s’oppose et à quel point cela lui fait mal de voir que l’homme qu’elle aime et qu’elle ne peut blâmer pour rien, sauf l’infidélité, continue de regarder un assistant de télévision ou une couverture de magazine sur papier glacé », a écrit Marina Almasan sur son blog, selon VIVA !

Lire aussi :  Jennifer Aniston, magnifique à presque 53 ans. L'actriceest reconnaissante de ses origines grecques : "Ma grand-mère est morte à 95 ans sanspas une ride"

La journaliste a affirmé qu’elle ne voulait pas faire de mal.

« Je me suis assis avec les yeux fermés pendant quelques minutes….. Après avoir considéré que j’étais entré dans la peau (mais surtout dans l’esprit) d’une telle femme, j’ai relu le discours de Buhnici et, surtout, mon éditorial. Et c’est seulement à ce moment-là que j’ai COMPRIS. J’ai compris, et cela ne m’a pas du tout plu, car j’ai compris à quel point j’étais incapable d’exprimer une opinion et à quel point l’association de celle-ci avec cette position abjecte d’inconnu pour le journaliste créait de la confusion.

Et je me suis soudain sentie si mal pour ces femmes que j’avais blessées par inadvertance, dans mon désir primal de m’amender, en fait, à une catégorie très étroite d’entre elles – celle des nains en surpoids qui s’habillent de manière provocante et indécente. Mais non, je n’ai pas été assez clair sur ce point.

Et voilà que moi, celle dont on disait qu’elle ne savait pas faire le mal, j’avais, à l’aide d’une poignée de mots, remué les âmes, si sensibles à ce sujet, d’une catégorie de femmes que mon esprit avait en fait exclue », a-t-elle poursuivi.

Lire aussi :  Olivia Steer, amende de 5 000 lei. Ce que la femme d'Andi Moisescu a fait

Marina Almasan a déclaré qu’elle avait pris la défense de George Buhnici parce qu’elle était outrée qu’un journaliste soit condamné à une amende pour avoir « exercé le droit à sa propre opinion ».

« Je sais que mon nouvel éditorial apparaîtra à certains comme un signe de faiblesse. D’autres l’ignoreront, car cela leur enlève le droit de me frapper à nouveau. Je connais très bien la leçon de l’orgueil et je ne souhaite pas en devenir l’esclave. L’orgueil peut conduire à l’autodestruction » – disait l’écrivain antique Esope. C’est pourquoi il me semble tout naturel non pas tant de me justifier (parce que, qui s’excuse, saccuse’ ) que de m’excuser auprès de ces femmes rondes qui ont été si affectées par ma position insuffisamment pondérée.

Oui, j’ai réagi à l’agression du journaliste Buhnici sans trop me focaliser sur ses propos (en les récitant, je me suis rendu compte du désastre !) mais en étant simplement indigné qu’un journaliste soit condamné à une amende pour avoir exercé le droit à sa propre opinion. J’étais, comme je l’ai dit dans ce satané éditorial, « l’avocat du diable » ; et voilà que le diable m’a attiré dans son marécage…..

J’ai donc notifié au diable que je résilie mon contrat avec lui, que je lui demande des dommages moraux pour m’avoir séduite, et, pour conclure symétriquement avec la raison même de cet éditorial : je lui demande pardon pour les blessures involontairement causées. Je vous demande de retenir ce mot : INVOLONTAIRE », a-t-elle conclu.

Article précédentLe FC Barcelone a d’énormes dettes, mais réalise un autre gros transfert. Une équipe de rêve pour Xavi
Article suivantDécouverte du premier trou noir inactif en dehors de la Voie lactée, d’une masse neuf fois supérieure à celle du Soleil