Accueil Dernières minutes ! Internationales M. Loukachenko réclame l’argent de l’UE pour le rapatriement des migrants en...

M. Loukachenko réclame l’argent de l’UE pour le rapatriement des migrants en Biélorussie

44
0

Aleksandr Lukashenko a demandé jeudi à l’Union européenne de payer
pour le rapatriement des migrants du Moyen-Orient qui séjournent avec lui dans le pays.

Quelque 2 000 migrants illégaux seraient actuellement bloqués à la frontière entre le Belarus et l’Union européenne. On pense qu’ils sont arrivés au Belarus avec la promesse qu’ils seraient autorisés à entrer dans l’UE depuis le Belarus. Mais les États membres de l’UE voisins du Belarus ont fermé leurs frontières et mobilisé leur armée face à une vague de migrants potentiellement déstabilisante.

Ils ont été « trompés par d’infâmes fausses promesses », a commenté la chef de l’UE, Ursula von der Leyen, à propos de la situation des migrants actuellement bloqués aux frontières du Belarus avec l’Union européenne.

Les vols de rapatriement des migrants ont commencé il y a une semaine, mais un vol prévu pour jeudi a été annulé en raison de problèmes de frais de voyage, rapporte l’agence de presse EFE, citée par Agerpres.

« Combien coûte un tel vol ? Et il n’y a personne pour payer pour ça. Que l’Union européenne paie alors ! » a déclaré M. Loukachenko lors d’une réunion avec le groupe de travail chargé de préparer les amendements à la constitution du Belarus.

Le dictateur biélorusse a déploré ne pas avoir reçu « un seul centime » des « millions d’euros » annoncés par l’Union européenne au titre de l’aide humanitaire d’urgence pour les migrants en Biélorussie.

Le bloc de l’UE a alloué une somme de 700 000 euros pour l’installation des migrants, mais a décidé d’allouer les fonds par le biais d’organisations internationales, et non par les structures de patronage de Lukashenko. L’Union européenne ne reconnaît pas M. Loukachenko comme président du Belarus après les élections controversées d’août dernier, qui ont été entachées de fraude et d’intimidation de l’opposition. En outre, la Commission européenne fournira jusqu’à 3,5 millions d’euros pour faciliter le rapatriement volontaire des migrants du Belarus vers leur pays d’origine.

Lire aussi :  Le ministre ukrainien de l'intérieur veut construire une clôture à la frontière avec la Russie et le Belarus

Dans un discours prononcé devant le Parlement européen mardi, Ursula von der Leyen a proposé d’établir une « liste noire » pour sanctionner les entreprises de transport et de tourisme impliquées dans le trafic de migrants vers l’UE par le régime de Loukachenko.

Selon Mme von der Leyen, l’Union européenne n’est pas confrontée à une crise des migrants, mais à une tentative du leader de Minsk de déstabiliser ses voisins démocratiques.

« Les actions de Lukashenko sont une tentative de créer une crise permanente, de déstabiliser ses voisins démocratiques. Ces actions font partie d’un effort concerté pour déstabiliser notre voisinage européen, y compris l’Ukraine et la Moldavie. Nous avons l’obligation de faire face à cette crise et aux crises futures », a déclaré le président de la Commission européenne.

Ursula von der Leyen a également proposé de tripler les fonds européens alloués à la Lituanie, la Lettonie et la Pologne pour la protection des frontières.

« Il ne s’agit pas d’une question bilatérale de la Pologne, de la Lituanie et de la Lettonie avec le Belarus. L’Union européenne dans son ensemble est remise en question », a-t-elle expliqué.

Ursula von der Leyen a rappelé que l’Union européenne ne reconnaît pas le régime de Lukashenko, qui est répressif envers son propre peuple.

Elle a également remercié le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, pour ses voyages dans les pays d’où proviennent les migrants que Lukashenko a amenés à la frontière de l’UE. À la suite de ces voyages, plusieurs pays de l’Est ont commencé à stopper le flux de migrants vers l’Union européenne via Minsk et à procéder à des rapatriements.

Lire aussi :  Les Britanniques risquent de manquer de champagne le soir du Nouvel An

Alexandre Loukachenko est soupçonné d’avoir organisé un trafic de migrants à l’encontre du bloc européen avec l’aide de son homologue russe Vladimir Poutine, afin de riposter aux sanctions que lui a infligées l’Union européenne après les élections de l’année dernière.

Varsovie a dénoncé à plusieurs reprises une « guerre hybride » soutenue par Moscou à Minsk.

Après que le Belarus leur a promis un passage facile vers l’Union européenne, des milliers de migrants sont bloqués à la frontière dans des conditions difficiles, par des températures inférieures à zéro, ces jours-ci. La presse polonaise rapporte qu’au moins 12 migrants sont morts à la frontière depuis l’été.

A la frontière, la situation reste tendue. Plus de 230 migrants ont tenté de pénétrer de force en Pologne, ont déclaré jeudi les gardes-frontières polonais. « Un groupe agressif d’étrangers a lancé un assaut sur notre frontière et a jeté des pierres et des branches sur (les membres des) services polonais. L’événement s’est déroulé avec la participation active de militaires biélorusses, qui ont aveuglé des gardes-frontières, des policiers et des militaires (polonais) à l’aide de lampes stroboscopiques et de lasers à lumière verte et rouge vive », selon un communiqué.

Mercredi, les gardes-frontières polonais ont enregistré 375 tentatives de franchissement illégal de la frontière depuis le Belarus.

Article précédentLe joueur de football américain Odell Beckham Jr, qui a récemment signé avec les Los Angeles Rams, recevra l’intégralité de son salaire en bitcoins.
Article suivantComment Madeline Ghenea s’est amusée avec le grand Al Pacino sur le tournage de « House of Gucci ».
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !