Accueil Economie L’Ukraine et la Serbie interdisent les exportations de blé, de maïs, de...

L’Ukraine et la Serbie interdisent les exportations de blé, de maïs, de farine, d’huile et de viande

117
0

Le gouvernement ukrainien va interdire les exportations de produits agricoles essentiels, notamment le blé, le maïs, les céréales, le sel et la viande, selon une décision adoptée mardi par l’exécutif de Kiev. Et la Serbie a annoncé une mesure similaire.

CNN.

« Cela équivaut à une interdiction de facto des exportations », selon un communiqué du cabinet.

Les prix du blé ont grimpé en flèche après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, atteignant des prix jamais vus depuis 2008.

Avant l’invasion, l’Ukraine se dirigeait vers une année record en matière d’exportations de blé, tandis que les exportations de blé de la Russie ont ralenti, selon le ministère américain de l’agriculture.

Lire aussi :  Le milliardaire Roman Abramovitch et deux autres oligarques russes ont saisi la justice européenne pour obtenir la levée des sanctions de l'UE.

La Serbie va interdire l’exportation de certains produits alimentaires

La Serbie va également interdire les exportations de blé, de maïs, de farine et d’huile, à partir de jeudi, afin de contrer la hausse des prix provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré le président Aleksandar Vucic à la chaîne de télévision B92, selon les informations suivantes Reuters.

M. Vucic a déclaré mardi que les exportations de céréales, de farine et d’huile avaient augmenté ces derniers jours en raison des prix élevés sur les marchés internationaux.

« Certaines personnes y voient une occasion de gagner de l’argent. Nous ne pouvons pas permettre cela », a déclaré Vucic.

Lire aussi :  Un navire chargé de tôles laminées a quitté le port de Mariupol à destination de la Russie. Ce que disent les autorités ukrainiennes

« Nous aurons assez de blé pour nos besoins ».

La décision officielle d’interdire les exportations de produits alimentaires n’a pas encore été approuvée par le gouvernement.

« Nous traversons la plus grande crise depuis 1945 », a déclaré M. Vucic.

La Serbie n’a pas introduit de sanctions contre Moscou, malgré les pressions exercées pour qu’elle harmonise sa politique étrangère avec celle de l’UE en tant que pays candidat.

La société russe Gazprom Neft est le propriétaire majoritaire du monopole pétrolier du pays, étant l’actionnaire majoritaire de la compagnie pétrolière serbe NIS.

Article précédentNeuf morts, cinq civils et quatre militaires, dans le bombardement de l’aéroport de Vinnitsa, à 200 km au sud-ouest de Kiev.
Article suivantSurprise au Palais. Décision sur la petite fille du Prince Harry, Lilibet
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !