Accueil Dernières minutes ! Economie L’UE a rejetĂ© l’offre de Hyundai Heavy Industries de racheter Daewoo Shipbuilding...

L’UE a rejetĂ© l’offre de Hyundai Heavy Industries de racheter Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering.

51
0

L’Union europĂ©enne a opposĂ© jeudi son veto Ă  l’offre de Hyundai Heavy Industries de racheter Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering, ce qui aurait donnĂ© naissance au plus grand constructeur naval du monde, car elle craint de nuire Ă  la concurrence, rapporte Reuters.

Hyundai, l’un des plus grands constructeurs de navires au monde, a annoncĂ© cet accord en 2019 en partie pour lutter contre la surcapacitĂ© du secteur.

Le constructeur naval, qui a demandĂ© l’approbation antitrust de l’UE pour le rachat de Daewoo en novembre 2019, a dĂ©clarĂ© qu’il pourrait contester l’interdiction de l’UE et a critiquĂ© l’accent mis par le rĂ©gulateur sur la part de marchĂ©.

Le ministère sud-corĂ©en de l’industrie a dĂ©clarĂ© qu’il regrettait la dĂ©cision de l’UE concernant un accord dĂ©jĂ  approuvĂ© par la Chine, Singapour et le Kazakhstan.

Lire aussi :  La Russie interdit les crypto-monnaies

La Commission europĂ©enne a dĂ©clarĂ© que l’opĂ©ration donnerait naissance au plus grand constructeur naval du monde, avec une part de marchĂ© cumulĂ©e d’au moins 60 %, ce qui laisserait peu d’autres fournisseurs aux clients.

L’autoritĂ© europĂ©enne chargĂ©e de faire respecter la concurrence a dĂ©clarĂ© que ce rachat rĂ©duirait la concurrence sur le marchĂ© mondial de la construction de grands transporteurs de gaz naturel liquĂ©fiĂ© (GNL). Elle a Ă©galement dĂ©clarĂ© que les deux sociĂ©tĂ©s n’avaient pas fait d’offre formelle assortie de mesures correctives pour rĂ©soudre les problèmes de concurrence.

Selon l’UE, la demande de grands mĂ©thaniers n’a pas Ă©tĂ© affectĂ©e par la pandĂ©mie de Covid-19, tandis que les perspectives de la demande future sont très bonnes.

Lire aussi :  Sony va crĂ©er une division de dĂ©veloppement de vĂ©hicules Ă©lectriques. Une sociĂ©tĂ© distincte, Sony Mobility

Reuters a Ă©crit le 10 dĂ©cembre que l’accord sera bloquĂ© par l’exĂ©cutif europĂ©en.

« Étant donnĂ© qu’aucune mesure corrective n’a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e, la fusion aurait entraĂ®nĂ© une diminution du nombre de fournisseurs et une hausse des prix pour les gros mĂ©thaniers, raison pour laquelle nous avons interdit la fusion », a dĂ©clarĂ© Margrethe Vestager, responsable de la lutte antitrust de l’UE, dans un communiquĂ©.

Il s’agit du premier veto utilisĂ© par la Commission europĂ©enne sur une fusion, après qu’elle ait bloquĂ© le projet de Thyssenkrupp et Tata Steel de crĂ©er une entreprise commune en 2019, craignant que l’opĂ©ration n’augmente les prix et ne rĂ©duise la concurrence.

Article prĂ©cĂ©dentL’avenir se passe en Suisse : les paiements en monnaie numĂ©rique commencent
Article suivantEscroqueries liées aux crypto-monnaies : ce que vous devez savoir pour vous protéger
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !