Accueil Dernières minutes ! Internationales L’Organisation météorologique mondiale valide le record arctique de 38 degrés Celsius en...

L’Organisation météorologique mondiale valide le record arctique de 38 degrés Celsius en 2020

42
0

L’Organisation météorologique mondiale a validé mardi le record de température de 38 degrés Celsius pour l’Arctique, atteint dans la ville russe de Verhoiansk le 20 juin 2020, alors que les responsables de l’OMM ont lancé une nouvelle alerte sur le changement climatique mondial.

« Ce nouveau record dans l’Arctique fait partie d’un certain nombre d’observations rapportées dans les archives sur les extrêmes météorologiques et climatiques de l’OMM, une institution spécialisée des Nations Unies, qui tire la sonnette d’alarme sur les changements de notre climat », a déclaré le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, notant qu’un record de 18,3 degrés Celsius a également été enregistré en Antarctique la même année.

Lire aussi :  Le chef des services de renseignement danois arrêté pour espionnage

Verhoiansk se trouve à environ 115 kilomètres au nord du cercle polaire et les températures locales sont mesurées depuis 1885, note l’AFP. Cette région de Sibérie orientale a un climat continental très sec, qui génère des hivers très froids et des étés très chauds, selon Agerpres.

« Notre enquête met en évidence la hausse des températures dans une région qui revêt une importance climatique pour le reste du monde et qui doit donc faire l’objet d’une surveillance permanente », a déclaré Randall Cerveny, rapporteur de l’OMM pour le climat et les extrêmes météorologiques.

L’Arctique étant l’une des régions de la planète où la température augmente le plus rapidement, l’OMM a créé une nouvelle catégorie consacrée aux températures les plus élevées enregistrées dans une zone située au nord du cercle polaire arctique.

Lire aussi :  Portugal, nouveau record de cas de COVID. Variante Omicronest devenu prévalent

Les experts du panel de spécialistes qui cherchent à valider ces enregistrements examinent la validité des instruments utilisés lors des mesures, ainsi que la cohérence des données avec les conditions météorologiques qui existaient au moment des valeurs extrêmes.

Article précédentYouTube s’est planté
Article suivantCoca-Cola menace de poursuivre l’entreprise colombienne qui produit la bière Coca-Pola
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !