Accueil Divertissements Sport L’ironique Adriano Panatta contre Novak Djokovic

L’ironique Adriano Panatta contre Novak Djokovic

27
0

Ancien joueur de tennis italien Adriano Panatta également dit de lui sur le Novak DjokovicUn sujet qui fait la une des journaux depuis quelques jours et qui rebondit désormais sur tous les médias, des réseaux sociaux aux télévisions nationales et internationales.

Après l’exemption médicale accordée par les organisateurs du slam australien au numéro un mondial, le tennisman serbe est parti pour Melbourne, mais des problèmes de visa présentés par l’équipe du joueur ont encore compliqué l’affaire.

Djokovic a effectivement atterri vers 23h30 heure locale, mais il est actuellement bloqué à la frontière, attendant que les autorités de l’État de Vittoria vérifient si les documents présentés sont conformes aux directives fédérales.

Panatta ironique contre Nole

L’ancien champion italien Adriano Panatta, invité du Breakfast Club sur Radio Capital, a critiqué le comportement de Novak Djokovic, qui est toujours resté vague sur son statut vaccinal.

Lire aussi :  James Duckworth : Chaque fois que je vois Roger Federer, il se met à faire coin-coin.

« Djokovic doit dire pourquoi il ne peut pas être vacciné », a déclaré M. Panatta, avant d’ironiser avec une citation de sourde mémoire. « Si les organisateurs ne clarifient pas les raisons de l’exemption, cela me rappelle le Marquis del Grillo (l’un des films italiens les plus célèbres – ndlr) qui disait : tu es un sh*t ! ». « S’il est allergique au vaccin, il n’y a rien de mal à le dire et à se faire expliquer », a ajouté M. Panatta, qui a ensuite écarté la possibilité que les adversaires de Djokovic refusent de jouer contre ce vaccin.

Lire aussi :  Rafael Nadal : J'ai perdu contre Andy Murray mais ce n'était pas un mauvais match pour moi.

« Je crois que si vous participez à un tournoi, vous acceptez les règles ou vous refusez en disant je n’y vais pas parce que je ne suis pas d’accord. J’ai boycotté Wimbledon, mais c’était pour d’autres raisons. C’est un cas différent, il y a un problème de santé, la vie dans le vestiaire devient un peu dévergondée, mais on ne peut pas choisir contre qui on va jouer. »

Ce qui s’est passé mercredi est un nouveau chapitre qui s’ajoute à la saga du colossal Djokovic-Australian Open, qui est encore destiné à durer quelques épisodes, probablement jusqu’au début du premier slam de l’année.

Article précédentLe CFR Cluj envisage un rapatriement inattendu. Ce serait la quatrième fois qu’il joue à Gruia.
Article suivantLorenzi : « Berrettini et Sinner peuvent déjà gagner un Slam »
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !