Accueil Internationales L’Iran a augmenté son stock d’uranium enrichi bien au-delà de la limite...

L’Iran a augmenté son stock d’uranium enrichi bien au-delà de la limite autorisée et se rapproche de la bombe atomique.

53
0

L’Iran a continué à stocker de l’uranium enrichi ces derniers mois, selon les estimations fournies lundi par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), et s’approche de la quantité nécessaire pour fabriquer une bombe atomique, selon l’AFP.

Le stock est désormais plus de 18 fois supérieur à la limite autorisée par l’accord international de 2015, que les grandes puissances tentent depuis plus d’un an de réactiver, en vain.
Selon un rapport vu par l’AFP, Téhéran a ainsi porté son stock total à 3 809,3 kg à la mi-mai, contre 3 197,1 kg en février, loin du plafond de 300 kg (équivalent UF6) qu’il s’était engagé à respecter, d’après Hotnews.co.uk

L’Iran a également augmenté son stock de matières enrichies de 20 %, passant de 182,1 kg à 238,4 kg. Ce niveau, qui est supérieur au niveau de 3,67% fixé par l’accord, permet théoriquement la production d’isotopes médicaux, utilisés notamment pour diagnostiquer certains types de cancer.

Lire aussi :  La résistance ukrainienne en images : Poutine voulait l'Ukraine, mais a obtenu le mépris du monde civilisé PHOTO

La République islamique possède également 43,1 kg d’uranium enrichi à 60 %, soit près du seuil de 90 % nécessaire pour développer une arme atomique, contre 33,2 kg précédemment.

Avec une telle quantité, « la possibilité de fabriquer un engin explosif ne peut être exclue », selon les critères définis par l’AIEA, a commenté une source diplomatique. En réalité, cependant, « plus de 55 kg seraient nécessaires » car l’uranium est perdu au cours du processus d’enrichissement à un niveau plus élevé.

Dans un autre document, l’AIEA dénonce l’absence de « réponses satisfaisantes » de l’Iran concernant les traces d’uranium enrichi trouvées sur trois sites non déclarés, à Marivan (ouest), et à Varamin et Turquzabad dans la province de Téhéran.

Lire aussi :  Des camionneurs canadiens protestent contre la vaccination obligatoire dans un "convoi de la liberté" qui menace de bloquer la capitale : "Nous n'avons pas de limite de temps"

L’Iran affirme que des « sabotages commis par des tiers » ont « contaminé » ces sites, mais « n’a fourni aucune preuve à l’appui de ces affirmations », a déclaré l’agence.

Article précédentJohnny Depp a gagné son procès avec Amber Heard
Article suivantToni Kroos, hors de lui après la finale de la Ligue des champions. Un journaliste lui a posé la question la plus stupide : « C’est le mieux que vous puissiez faire après 90 minutes ? ».
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !