Accueil Dernières minutes ! Internationales Les talibans réclament une aide humanitaire avant la reprise des négociations avec...

Les talibans réclament une aide humanitaire avant la reprise des négociations avec les États-Unis

61
0

Le régime des Talibans dit vouloir des relations
avec le reste du monde et demande une aide humanitaire pour faire face à l’hiver.

Dans son premier discours audio à la nation, le Premier ministre afghan Mohammad Hasan Akhund, qui n’a pas encore fait d’apparition publique depuis sa prise de fonction le 7 septembre, appelle les ONG internationales à aider son pays à surmonter l’hiver rigoureux qui approche et qui menace d’entraîner une catastrophe humanitaire.

Il affirme également que le régime taliban ne veut pas s’immiscer dans les « affaires intérieures des pays étrangers ». « Nous ne voulons pas leur créer des problèmes, de l’insécurité chez eux. Personne ne peut prouver que nous avons fait cela au cours des vingt dernières années », a déclaré le premier ministre afghan, cité par l’AFP.

« Nous voulons aussi de bonnes relations économiques » avec les autres pays, a ajouté M. Akhund, critiqué en Afghanistan pour son silence prolongé alors que le pays est confronté à une grave crise économique et que l’ONU craint une crise humanitaire majeure.

Le message du premier ministre afghan intervient deux jours avant la reprise des pourparlers entre les talibans et les représentants américains à Doha, au Qatar.

Les États-Unis reprennent les pourparlers avec les talibans

Les États-Unis devraient reprendre les pourparlers avec les talibans la semaine prochaine, avec un intérêt particulier pour la lutte contre le terrorisme, rapporte l’AFP.

« Je peux confirmer que la semaine prochaine, le représentant spécial pour l’Afghanistan Tom West retournera à Doha pour deux semaines de réunions avec les talibans », a annoncé mardi le porte-parole du département d’État Ned Price.

Ils discuteront de « nos intérêts nationaux vitaux en Afghanistan », a-t-il déclaré, énumérant « la lutte contre le terrorisme », « l’aide humanitaire et la situation économique du pays », ainsi que la possibilité pour les Américains et les Afghans qui ont travaillé pour eux ces 20 dernières années de quitter l’Afghanistan en toute « sécurité ».

Thomas West a rencontré il y a près de deux semaines au Pakistan des représentants du mouvement islamiste, qui a pris le pouvoir à la mi-août à Kaboul, parallèlement au retrait des forces américaines.

Un premier cycle de négociations entre Washington et les talibans a eu lieu les 9 et 10 octobre à Doha, où l’équipe diplomatique américaine chargée de l’Afghanistan s’est installée après le retrait.

L’émissaire américain a réitéré vendredi sur Twitter les conditions américaines pour que les talibans « méritent » le soutien financier et diplomatique américain, à savoir la lutte contre le terrorisme, l’installation d’un gouvernement « inclusif », le « respect des droits des minorités, des femmes et des filles » et « l’égalité d’accès à l’éducation et aux emplois ».

Thomas West a assuré que les Américains continueraient à entretenir un « dialogue lucide et franc avec les talibans » et qu’ils fourniraient entre-temps aux Afghans l’aide humanitaire dont ils ont tant besoin.

Le ministre des affaires étrangères du régime taliban – non reconnu par la communauté internationale – Amir Khan Muttaqi a demandé la semaine dernière, dans une lettre ouverte adressée au Congrès américain, le déblocage des avoirs afghans aux États-Unis.

Après le changement de régime à Kaboul à la mi-août, un demi-mois avant la fin du retrait d’Afghanistan, Washington a gelé les actifs de la Banque centrale afghane, et la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont suspendu leur aide.

A Doha, les Talibans demanderont à nouveau la levée de ces sanctions et la reprise de l’aide internationale.

En l’absence d’une aide bilatérale massive, puisqu’aucun pays n’a encore reconnu le régime des Talibans, que l’Occident a jusqu’à présent associé au terrorisme, le circuit des ONG est aujourd’hui l’un des moyens les plus pratiques d’acheminer l’aide à l’Afghanistan, note l’AFP.

Article précédentMirela Vaida, la meilleure recette de soupe aux haricots avec de la viande fumée : « Je cuisine à la marmite, à la roumaine ».
Article suivantStephen Sondheim, légende de la comédie musicale, est décédé à l’âge de 91 ans
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !