Accueil Economie Les plans d’urgence de la CE envisagent un Ă©ventuel rationnement en cas...

Les plans d’urgence de la CE envisagent un Ă©ventuel rationnement en cas de rupture de l’approvisionnement en gaz russe

200
0

L’Europe Ă©labore des plans d’urgence qui pourraient ĂŞtre mis en Ĺ“uvre en cas d’interruption complète des importations de gaz russe, a dĂ©clarĂ© le commissaire europĂ©en Ă  l’Ă©nergie, avertissant que tout pays risque d’ĂŞtre bloquĂ© par Moscou, selon le Financial Times.

Lisez aussi :

M. Simson a prévenu que chaque contrat est différent et que les États membres doivent veiller à ce que les sanctions soient appliquées.

La semaine dernière, la Commission a dĂ©voilĂ© un plan de 210 milliards d’euros visant Ă  Ă©loigner l’Europe de l’Ă©nergie russe d’ici Ă  2027.

L’Ă©limination du gaz russe est une tâche difficile pour l’UE, qui, avant la avec l’, recevait 40 % de ses approvisionnements en gaz de la . Ce pourcentage est aujourd’hui tombĂ© Ă  environ 26 %, selon la Commission.

Lire aussi :  Bloomberg : le coĂ»t de l'uranium augmente de 8 % en raison des protestations au Kazakhstan. Le pays produit environ 40 % de la production mondiale d'uranium.

M. Simson a dĂ©clarĂ© que l’Europe avait pour objectif de rĂ©duire ce taux Ă  13 % d’ici la fin de l’annĂ©e.

D’ici lĂ , les États membres auront ouvert ou agrandi des terminaux GNL fixes ou flottants pour traiter 19 milliards de mètres cubes par an. La Russie a fourni 155 milliards de mètres cubes de gaz l’annĂ©e dernière.

Le commissaire estonien a dĂ©clarĂ© que Bruxelles attend davantage de gaz des et de la Norvège et qu’elle discute avec de nouveaux fournisseurs.

« Nous travaillons avec l’Égypte et IsraĂ«l et espĂ©rons conclure des accords bilatĂ©raux avec eux avant l’Ă©tĂ©. Nous avons l’intention de renouveler notre dialogue sur l’Ă©nergie avec l’AlgĂ©rie », a-t-elle dĂ©clarĂ©.

Lire aussi :  Comment nĂ©gocier son rachat de crĂ©dit ?

La bloque une proposition d’embargo sur le russe, qui reprĂ©sentait l’an dernier 25 % de la consommation de l’UE, mais M. Simson a dĂ©clarĂ© que des signes de boycott Ă©manaient du secteur privĂ©, qui a rĂ©duit ses expĂ©ditions en provenance de Russie.

« Toutes ces mesures sont nécessaires et apportent déjà ce que nous avions espéré », a-t-elle déclaré.

Elle a reconnu que les pays d’Europe centrale enclavĂ©s, comme la Hongrie, qui dĂ©pendent du brut russe, sont confrontĂ©s Ă  des « dĂ©fis plus importants » et a insistĂ© sur le fait que l’UE doit maintenir son unitĂ© en matière de sanctions.

Article prĂ©cĂ©dentUrsula von der Leyen : les dirigeants europĂ©ens se sont mis d’accord pour retirer Sberbank, la plus grande banque russe, du rĂ©seau SWIFT.
Article suivantVIDÉO. Des images de l’horreur après que les fans ont envahi les joueurs après la relĂ©gation des anciens champions. Saint-Etienne a Ă©tĂ© relĂ©guĂ© en Ligue 2
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !