Accueil Economie Les nouveaux États « inamicaux » manqueront de gaz à partir de la mi-mai

Les nouveaux États « inamicaux » manqueront de gaz à partir de la mi-mai

787
0

Les nouveaux États « inamicaux » seront à court de gaz à partir de la mi-mai, selon des sources proches de Gazprom, rapporte EFE, cité par Agerpres.

Le géant russe a annoncé mercredi qu’il avait interrompu ses livraisons de gaz à la Pologne et à la après que ces deux pays ont rejeté le mécanisme proposé par le président russe pour payer en roubles le gaz russe dans le cadre des sanctions occidentales sur les transactions en devises avec la après la campagne militaire du pays en .

La source, qui a demandé à parler sous le couvert de l’anonymat, a déclaré qu’aucune nouvelle réduction de l’approvisionnement en gaz n’était prévue avant la deuxième quinzaine de mai, lorsque de nouveaux paiements en roubles pour le carburant russe devraient être effectués.

Gazprom a expliqué mercredi qu’il avait complètement suspendu ses livraisons de gaz à Bulgargaz (Bulgarie) et PGNiG (Pologne) parce qu’il n’avait pas reçu avant la fin de la journée de mardi les paiements en roubles pour les livraisons d’avril, comme Poutine l’avait prévu dans son décret du 31 mars pour les pays « inamicaux ».

Lire aussi :  Par crainte d'une crise énergétique, Scholz ouvre la voie à une prolongation de la durée d'exploitation des trois dernières centrales nucléaires allemandes VIDÉO

Le président russe a ordonné ce jour-là que les pays  » inamicaux « , notamment les , le , le et tous les États membres de l’UE – où le gaz russe représente 40 % de la consommation – paient en roubles les livraisons de gaz russe. Le mécanisme imaginé par la Russie prévoit que ces pays jugés hostiles doivent ouvrir un compte spécial en roubles et un autre en devises étrangères auprès de la Gazprombank.

Par ailleurs, le chancelier autrichien Karl Nehammer a déclaré mercredi que l’Autriche continuera à payer le gaz russe en euros, et non en roubles, comme l’avait précédemment rapporté l’agence TASS, rapporte dpa. Qualifiant de « fake news » l’information de l’agence TASS selon laquelle Vienne aurait payé en roubles le gaz russe, M. Nehammer a déclaré sur que « l’Autriche respecte strictement les sanctions mutuellement convenues par l’UE ».

Lire aussi :  Goldman Sachs et Moody's ont revu à la baisse leurs estimations de la croissance économique américaine en 2022, à la suite de la mise en œuvre du plan d'investissement "Build Back Better".

S’exprimant mercredi en marge d’une réunion gouvernementale sur les conditions de paiement entre la société énergétique autrichienne OMV et le fournisseur de gaz russe Gazprom, M. Nehammer a déclaré que le président russe Vladimir Poutine lui avait dit il y a deux semaines que les paiements en euros continueraient à être acceptés et que cela restait inchangé.

Les informations reçues par dpa suggèrent qu’un accord entre OMV et Gazprom selon lequel OMV effectuera des paiements en euros et Gazprom les convertira en roubles n’a pas été finalisé.

En Autriche, on estime que 80 % du gaz importé provient de Russie.

Article précédentAlexander Bublik s’exprime sur l’interdiction des joueurs russes et bélarussiens à Wimbledon
Article suivantBien que Novak Djokovic soit plus jeune que moi, je le considère comme… », déclare la légende.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !