Accueil Santé Les médicaments à base d’anticorps ne sont pas recommandés pour les patients...

Les médicaments à base d’anticorps ne sont pas recommandés pour les patients atteints de covid-19, selon les experts de l’OMS

83
0

Les sotrovimab et casirivimab-imdevimab ne sont pas recommandés pour les patients atteints de covid-19, déclare aujourd’hui dans le BMJ un groupe d’experts internationaux chargé d’élaborer des directives de l’OMS.

Ces médicaments agissent en se liant à la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, neutralisant ainsi la capacité du à infecter les cellules.

La recommandation forte d’aujourd’hui remplace les recommandations conditionnelles précédentes pour leur utilisation et se base sur les preuves émergentes des études de laboratoire que ces médicaments ne sont pas susceptibles de fonctionner contre les variantes actuellement en circulation, comme l’omicron.

Après avoir évalué toutes les preuves, le panel a jugé que presque tous les patients bien informés ne choisiraient pas de recevoir le sotrovimab ou le casirivimab-imdevimab.

Dans la même mise à jour des directives, l’OMS fait une recommandation conditionnelle pour l’utilisation du antiviral remdesivir chez les patients atteints de covid-19 sévère, et une recommandation conditionnelle contre son utilisation chez les patients atteints de covid-19 critique.

Ces recommandations sont basées sur les résultats de cinq essais randomisés impliquant 7 643 patients, montrant une diminution de 13 décès pour 1 000 patients atteints d’un covid-19 sévère prenant du remdesivir, mais une augmentation de 34 décès pour 1 000 patients atteints d’un covid-19 critique prenant le médicament. Ces nouvelles données d’essai ont fourni des preuves suffisamment fiables pour démontrer des avantages chez les patients atteints de covid-19 sévère, mais pas de covid-19 critique. Le panel a considéré que les bénéfices du remdesivir étaient modestes et de certitude modérée pour les résultats clés tels que la mortalité et la ventilation mécanique, résultant en une recommandation conditionnelle.

L’OMS indique également que trois médicaments utilisés dans le traitement de l’arthrite – les bloqueurs des récepteurs de l’IL-6, le tocilizumab ou le sarilumab, et l’inhibiteur de JAK, le baricitinib – peuvent désormais être associés, en plus des corticostéroïdes, chez les patients présentant un covid-19 sévère ou critique.

Cet avis est basé sur de nouvelles données d’essais de haute certitude confirmant un bénéfice de survie pour le baricitinib avec peu ou pas d’effets indésirables graves lorsqu’il est administré en association avec des corticostéroïdes et des bloqueurs des récepteurs de l’IL-6.

Cependant, le groupe d’experts reconnaît certaines implications en termes de coûts et de ressources associées à ces médicaments, qui, selon eux, pourraient exacerber les inégalités en matière de santé.

Les recommandations formulées aujourd’hui font partie d’une directive vivante, élaborée par l’Organisation mondiale de la santé avec le soutien méthodologique de la Fondation MAGIC Evidence Ecosystem, afin de fournir des conseils actualisés et fiables sur la prise en charge du covid-19 et d’aider les médecins à prendre de meilleures décisions avec leurs patients.

Les lignes directrices vivantes sont utiles dans les domaines de recherche qui évoluent rapidement, comme le covid-19, car elles permettent aux chercheurs de mettre à jour des résumés de preuves préalablement vérifiés et évalués par des pairs, à mesure que de nouvelles informations sont disponibles.

Auparavant, l’OMS a formulé une forte recommandation pour l’utilisation du nirmatrelvir et du ritonavir, et une recommandation conditionnelle pour le molnupiravir chez les patients à haut risque atteints de covid-19 non sévère. L’OMS déconseille l’utilisation de l’ivermectine et de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints de covid-19, quelle que soit la gravité de la maladie.

Source :

Référence du journal :

Agarwal,, A., et al. (2022) Une directive vivante de l’OMS sur les médicaments pour le covid-19. The BMJ. doi.org/10.1136/bmj.m3379.

Article précédentSelon un expert en crypto-monnaies, le bitcoin atteindra son niveau le plus bas « au quatrième trimestre de cette année ».
Article suivantExpliqué : Neuf erreurs dans le rapport de la Maison Blanche sur les conséquences climatiques de l’exploitation des cryptomonnaies.