Accueil Economie Les employés de Renault en Russie ont été envoyés en congés payés....

Les employés de Renault en Russie ont été envoyés en congés payés. Pourquoi le constructeur automobile a dû arrêter le travail dans ses usines

434
0

Le constructeur automobile russe Avtovaz, filiale du groupe Renault-Nissan, a envoyé ses employés en congés payés pendant trois semaines en raison d’une pénurie de composants importés suite aux sanctions occidentales introduites après l’invasion de l’Ukraine, rapporte l’AFP.

Avtovaz, le plus grand constructeur automobile de , a été contraint de fermer deux de ses usines, selon la source.

Par ailleurs, les vacances d’été, qui devaient avoir lieu du 25 juillet au 14 août, ont été avancées au 4 avril, a déclaré le constructeur automobile aux agences de presse russes, rapporte Agerpres.

Le groupe automobile a déclaré que l’envoi de ses employés en congé permettra à l’entreprise « d’accumuler les composants nécessaires pour assurer un fonctionnement plus stable, à partir du 25 avril, des usines de Togliatti et d’Izhevsk », qui ont été fermées début mars.

Outre l’effondrement du rouble, qui affecterait la capacité des Russes à acheter des voitures importées, de nombreux constructeurs automobiles ont annoncé qu’ils cesseraient la production et/ou la vente de voitures et de composants en Russie.

Lire aussi :  Comment utiliser un code promo Wyylde ?

Le groupe automobile Renault, propriétaire de Dacia, est particulièrement exposé à la Russie. Renault détient une participation de 68 % dans Avtovaz, le fabricant de voitures Lada de l’ère soviétique. Au total, Renault dépend de la Russie pour environ 10 % de ses revenus, ce qui signifie qu’il a la plus grande exposition à ce marché par rapport aux autres grands constructeurs automobiles internationaux.

Renault contrôle environ 30 % du marché automobile russe et emploie près de 40 000 personnes en Russie.

L’autre actionnaire d’AvtoVaz est Rostec State Corp, un conglomérat de défense public russe dirigé par Sergey Chemezov, un allié de et une personne figurant sur la liste des sanctions américaines.

À la fin de la semaine dernière, le groupe automobile français Renault SA a annoncé qu’il maintenait ses liens avec la Russie malgré la en , en raison des inquiétudes suscitées par les coûts élevés d’un retrait d’une coentreprise qu’il détient avec un partenaire russe, rapporte Bloomberg.

Lire aussi :  Combien Pfizer pourrait gagner avec le vaccin et la pilule anti-COVID en 2022. La société a amélioré ses estimations

Selon la source citée, le constructeur automobile a en outre affirmé vouloir éviter une nationalisation de sa filiale russe, AvtoVaz, qui joue un rôle important dans le redressement du groupe. La position de Renault a également été soutenue par le gouvernement français, le principal actionnaire de Renault, ont ajouté les sources.

Toutefois, un porte-parole a déclaré que Renault continuait à surveiller la situation.

Ces derniers jours, Renault est devenu le seul grand constructeur automobile mondial à ne pas interrompre ses échanges avec la Russie et à ne pas arrêter la production dans ses usines russes. Le rival Stellantis NV a annoncé l’autre jour qu’il avait suspendu les importations et les exportations de voitures en provenance de Russie, rejoignant ainsi d’autres constructeurs tels que Volkswagen AG, Toyota Motor Corp. et Mercedes-Benz AG, qui ont pris une décision similaire. Même Nissan, le partenaire japonais de Renault, a cessé ses exportations vers la Russie.

Article précédentKingston classé n°1 en Europe dans le classement des fournisseurs de SSD
Article suivantFacebook a bloqué les comptes de plusieurs utilisateurs qui n’ont pas activé l’authentification en deux étapes.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !