Accueil Dernières minutes ! Economie Les Britanniques pourraient rationner la vente de boissons alcoolisées à Noël

Les Britanniques pourraient rationner la vente de boissons alcoolisées à Noël

66
0

Les Britanniques pourraient manquer de boissons alcoolisées pendant les vacances de Noël en raison des problèmes d’approvisionnement auxquels ils sont déjà confrontés, principalement causés par des pénuries de chauffeurs, rapporte Reuters.

La Grande-Bretagne pourrait être confrontée à des problèmes d’approvisionnement en boissons alcoolisées pendant les fêtes de fin d’année si le gouvernement n’intensifie pas ses efforts pour remédier à une pénurie de chauffeurs routiers, a averti mercredi une association représentative de l’industrie des vins et spiritueux, rapporte Reuters.

L’éventualité d’un rationnement des ventes d’alcool fait suite à des achats de panique qui ont créé des files d’attente dans les stations-service britanniques, notamment en raison d’un manque de chauffeurs pour conduire les camions-citernes des raffineries aux stations-service.

La Grande-Bretagne a un besoin urgent de 100 000 chauffeurs routiers, résultat d’une combinaison de facteurs tels que les chauffeurs quittant le secteur, le Brexit et la pandémie, une crise qui a provoqué le chaos le long des chaînes d’approvisionnement et les files d’attente dans les stations-service.

L’association britannique des négociants en vins et spiritueux (WSTA) a annoncé mercredi qu’un total de 49 entreprises, dont Moet Hennessy UK, Laurent-Perrier UK, Pernod Ricard UK, C&C Group et Matthew Clark, ont apposé leur nom sur une lettre envoyée au ministre des Transports Grant Shapps lui demandant de prendre des mesures urgentes pour remédier à la pénurie de chauffeurs de poids lourds et aux perturbations du trafic de marchandises, note Agerpres.

Lire aussi :  Oracle rachète Cerner pour 28,3 milliards de dollars et s'assure ainsi un accès aux services informatiques de santé

« Nos membres sont très préoccupés par le fait qu’à moins que des mesures urgentes ne soient prises, nous glisserons davantage vers le chaos. Nous constatons déjà de longs délais de livraison pour les vins et spiritueux, ce qui augmente les coûts et limite la gamme de produits disponibles pour les consommateurs britanniques », déclare Miles Beale, directeur de la WSTA.

L’association affirme que ses membres sont désormais confrontés à des délais d’attente cinq fois plus longs pour les marchandises importées par rapport à la situation d’il y a un an, et que des entreprises qui pouvaient auparavant honorer des commandes en deux ou trois jours mettent désormais 15 jours pour traiter certaines livraisons. En outre, le coût du fret a également augmenté de 7 %, après que les entreprises de livraison ont été contraintes d’augmenter les salaires des chauffeurs.

Lire aussi :  Comment l'archivage est devenu une priorité pour les entreprises ?

Dans ces circonstances, la WSTA souhaite que le ministre des transports Grant Shapps prolonge, pour au moins un an, un système de visa temporaire pour les chauffeurs routiers afin de réduire les pressions auxquelles le secteur est confronté. La WSTA souhaite également que le ministère des transports facilite un meilleur acheminement du fret à partir des ports pour les trajets de courte distance.

Pour faire face à la pénurie de chauffeurs routiers, l’exécutif londonien a décidé que 5 000 chauffeurs de poids lourds pourront venir en Grande-Bretagne avec des visas temporaires valables trois mois, d’octobre à décembre. Toutefois, les transporteurs britanniques ont prévenu qu’il ne s’agit que d’une solution à court terme qui ne résoudra pas la grave pénurie de chauffeurs routiers. Les représentants de l’industrie du transport ont également averti que les conducteurs de camions européens pourraient ne pas vouloir travailler au Royaume-Uni après le Brexit.

Article précédentAlexandra Stan, 8 ans après avoir été sévèrement battue par son ancien agent : « Le moment le plus traumatisant et le plus marquant ».
Article suivantLa police et les chefs de parti ont manifesté à Madrid contre une réforme
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !