Accueil Dernières minutes ! Les autorités du Kazakhstan affirment que la situation dans le pays s’est...

Les autorités du Kazakhstan affirment que la situation dans le pays s’est stabilisée

43
0

L’ordre a été rétabli au Kazakhstan et la situation s’est stabilisée, mais des poches de résistance de la part des participants aux émeutes persistent dans différentes villes, a déclaré vendredi un représentant de l’administration présidentielle à Nur Sultan, cité par l’agence de presse EFE.

Selon les médias locaux, des tirs sporadiques peuvent encore être entendus, notamment à Almatî, où ont eu lieu les pires violences. Les autorités affirment également qu’elles contrôlent désormais la place de la République à Almatî, l’épicentre des manifestations.

Les médias ont également fait état de plusieurs affrontements vendredi, notamment d’une tentative d’intrusion de manifestants dans une unité militaire de la province d’Actobe et d’une attaque contre une prison près d’Almatî.

Lisez aussi : VIDÉO | On dirait que le scénario de la liquidation de Ceausescu se répète : au Kazakhstan, on tente d’occuper des chaînes de télévision / des tireurs d’élite sont apparus

Depuis les premiers jours de la nouvelle année, le Kazakhstan fait face à des émeutes qui sont parties de manifestations de protestation suite à la hausse du prix du gaz liquéfié et qui ont pris une tournure politique, avec des manifestations anarchiques, des bâtiments officiels incendiés et de violents affrontements entre les forces de sécurité et les participants à ces manifestations, dont certains sont armés selon les autorités kazakhes, selon Agerpres.ro.

Dans un message télévisé, le président kazakh Kasim-Jomart Tokayev a déclaré vendredi qu’il avait autorisé les forces de sécurité à ouvrir le feu  » sans sommation  » contre les  » terroristes « , a rejeté toute forme de négociation et a promis d' » éliminer les bandits armés « , dont il a dit qu’ils étaient environ 20 000, avaient  » un plan clair  » et  » un haut niveau de préparation au combat « .

Lire aussi :  Étude israélienne : les mères qui utilisent intensivement les smartphones peuvent affecter le développement des enfants

Lire aussi : Vladimir Poutine suit de près la révolution au Kazakhstan.

 »Les combattants n’ont pas déposé les armes, continuent ou se préparent à nouveau à commettre des crimes. Nous devons les combattre jusqu’au bout. Ceux qui ne se rendent pas seront détruits », a averti M. Tokaev.

Le président kazakh a reproché à son ancien gouvernement – qu’il a démis de ses fonctions après le déclenchement des émeutes – de ne pas avoir su prévenir ces  »attaques terroristes ».  »Il est extrêmement important de comprendre pourquoi le gouvernement a négligé les préparatifs clandestins d’attaques terroristes et l’entraînement de cellules militantes secrètes », a souligné M. Tokaev, selon l’agence de presse TASS.

Lisez aussi : Une véritable force d’invasion – Au moins 75 avions à réaction russes transportent des troupes au Kazakhstan jour et nuit.

 »Leurs actions ont révélé l’existence d’un plan précis d’attaques contre l’armée, les institutions sociales et administratives dans pratiquement toutes les régions, une coordination parfaite, de puissantes capacités de combat et une brutalité sauvage », a poursuivi le président kazakh, qui, après avoir déclaré l’état d’urgence, a également succédé à l’ancien président Nursultan Nazarbayev à la tête du Conseil de sécurité du pays. Depuis cette position, Nazarbayev, qui s’était retiré de la scène politique, contrôlait toutes les forces de sécurité et l’armée.

Outre les  » bandits  » locaux et étrangers, des spécialistes formés à la manipulation du public par la diffusion de fausses nouvelles ont participé à la conduite des émeutes, apparemment coordonnées depuis un poste de commandement central, a déclaré M. Tokaev.

Lire aussi :  La Turquie autorise de toute urgence son propre vaccin anti-COVID-19

Lisez aussi : VIDÉO – Témoignage émouvant d’un cadet de l’armée du Kazakhstan : « Maman, papa, je vous aime ! Nous allons mourir comme nous mourrons tous !

Le ministère de l’Intérieur du Kazakhstan a annoncé vendredi un bilan provisoire depuis le début des émeutes, indiquant que 26 « criminels armés ont été liquidés » et que plus de 3 211 participants aux émeutes ont été arrêtés. En outre, 18 membres de la police et de la garde nationale ont été tués depuis le début des manifestations et 740 autres ont été blessés.

La Russie envoie plus de 70 avions militaires avec des troupes et des équipements au Kazakhstan suite à une demande d’aide du président kazakh à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC).

Lisez aussi : Qui est le leader des manifestants du Kazakhstan : il a occupé un poste important dans l’appareil d’État.

Le gouvernement turc a également déclaré son soutien au gouvernement kazakh et a annoncé une réunion par téléconférence de l’Organisation des États turcs pour mardi afin de discuter de la situation au Kazakhstan. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, s’est entretenu vendredi par téléphone avec son homologue kazakh, Mukhtar Tleuberdi, et l’a assuré du soutien total d’Ankara, exprimé précédemment par le président Recep Tayyip Erdogan, qui a déclaré que la Turquie était « prête à offrir toute l’aide nécessaire » au Kazakhstan.

Tout en enquêtant sur les événements, les autorités kazakhes évoquent également un lien possible entre les manifestants et des mouvements radicaux en dehors du pays.

Article précédentDjordje Djokovic : Nous espérons que le tribunal est indépendant et qu’il prendra la bonne décision.
Article suivantAcer annonce des ajouts à la gamme Swift X et de nouveaux ordinateurs de bureau Aspire C27 et C24
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !