Accueil Internationales L’épouse d’un oligarque russe critique les sanctions de l’UE après avoir été...

L’épouse d’un oligarque russe critique les sanctions de l’UE après avoir été ajoutée à la liste des personnes visées : « Une décision malheureuse ».

173
0

L’épouse du milliardaire russe Andrey Melnichenko conteste les sanctions de l’UE la visant et estime qu’elles sont « imprudentes » et « arbitraires », rapporte Reuters.

Ainsi, Aleksandra Melnichenko, qui est née à Belgrade et possède la double nationalité serbe et croate, « fera appel de la décision malheureuse prise à son encontre », a déclaré son représentant dans une déclaration envoyée par courrier électronique à Reuters. Mediafax.

« EuroChem travaillera avec la et fera des propositions pour trouver des solutions qui lui permettront de maintenir ses opérations et de fournir des nutriments pour les cultures à ses clients dans le monde entier à un moment extrêmement critique de la crise alimentaire », a déclaré le porte-parole.

Lire aussi :  Zelenski annonce la libération d'Irpin : Dans les régions du sud de l'Ukraine, la situation reste partout tendue

Les deux autres hommes d’affaires soupçonnés d’avoir des liens avec sont Petr Aven et Mikhail Fridman, inscrits sur la liste noire de l’UE en février-mars à la suite de l’offensive russe.

Roman Abramovitch était depuis 2003 propriétaire du club de de Chelsea, qui a été mis en vente quelques jours avant que l’oligarque ne soit sanctionné par le gouvernement britannique. Son rachat, approuvé par le gouvernement britannique et la Premier League, par un consortium dirigé par l’homme d’affaires américain Todd Boehly a été finalisé lundi, rapporte Agerpres.

Petr Aven est connu pour son immense collection d’œuvres d’art russes. Un tableau lui appartenant, présenté à l’exposition Morozov à Paris, a été « bloqué » et est resté en France.

Lire aussi :  Le chef de l'Église orthodoxe russe au centre des ambitions impériales de Poutine

Les sanctions européennes consistent en un gel des avoirs et une interdiction de visa pour l’UE.

Plus d’un millier de personnalités figurent sur la liste noire de l’UE, qui a été établie en 2014 après l’annexion de la péninsule de Crimée. Elle s’est fortement développée à la suite de la de Moscou en Ukraine.

Le nouveau train de sanctions adopté par l’UE cette semaine comprend également une extension de la liste noire de l’UE à quelque 60 personnalités, dont le chef de l’Église orthodoxe russe, le patriarche Kirill.

Article précédentLa Fiorentina signe un footballeur roumain. L’annonce faite par le club toscan il y a peu de temps
Article suivantDe nouvelles sanctions sur les importations de pétrole russe pourraient paralyser la raffinerie italienne de Lukoil ISAB
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !