Accueil Internationales L’élection présidentielle française entre dans le tour décisif. Macron et Le Pen,...

L’élection présidentielle française entre dans le tour décisif. Macron et Le Pen, deux visions diamétralement opposées

680
0

Le président sortant de la France, le progressiste Emmanuel Macron, et son adversaire, la populiste de droite Marine Le Pen, proposent deux visions très différentes de l’avenir de la France, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

« Priorité nationale » ou « Renouveau total » ?

D’autre part, Macron appelle ses partisans à voter sous le slogan « Nous Tous ». Après un premier mandat de cinq ans, l’offre qu’il tente de faire pour séduire les électeurs de gauche comme de la droite traditionnelle est le « renouvellement total ».

Comment Le Pen veut améliorer le pouvoir d’achat

– Suppression de l’impôt sur le revenu pour les jeunes de moins de 30 ans ;

– Réduire la TVA sur le carburant de 20 % à 5,5 % ;

– Motiver les employeurs à augmenter les salaires de 10% en les exonérant des cotisations liées à ces augmentations ;

– Une augmentation annuelle de 3 % des salaires des enseignants au cours des cinq prochaines années ;

– Nationalisation des autoroutes qui réduirait le poids des péages de 15% ;

– Privatisation de la télévision publique, ce qui supprimerait la taxe TV de 138 euros.

L’offre de Macron

– Les employeurs ne paieront pas de cotisations pour les primes des employés jusqu’à 6 000 euros ;

– Augmentation des salaires des enseignants en contrepartie de la prise de responsabilités supplémentaires ;

– Éliminer la taxe sur la télévision.

Âge de la retraite

M. Macron prévoit de financer son programme en relevant le seuil de l’âge de la retraite de 62 à 65 ans, une mesure qui déplaît aux Français et surtout aux électeurs de gauche.

Mais il s’est montré prêt à négocier ou à accepter une voie médiane, proposant plus récemment le seuil de 64 ans.

Il promet de faire passer la pension minimale de 950 € à 1 100 €.

Mme Le Pen propose de maintenir l’âge de la retraite à 62 ans, sauf pour ceux qui ont 40 ans de carrière et peuvent prendre leur retraite à 60 ans. Elle veut faire passer la pension minimale à 1 000 euros.

Immigration et sécurité

Marine Le Pen prévoit d’organiser un référendum sur l’immigration dans lequel elle soumettrait au vote des règles strictes en matière d’asile et de citoyenneté. En outre, elle propose le programme controversé de la Préférence nationale, qui donnerait aux citoyens français la priorité en matière d’emploi, de logement et de services sociaux.

M. Macron a critiqué son adversaire pour son glissement vers l’autoritarisme et sa tendance à ne pas respecter la Constitution, condamnant un « programme nationaliste, qui n’est pas du patriotisme ».

La promesse de Macron est de doubler le nombre de policiers et de gendarmes d’ici 2030, en augmentant le nombre d’unités mobiles de police et de brigades de gendarmerie pour rendre les rues plus sûres.

Lire aussi :  Lavrov : l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN "ne fait aucune différence", l'alliance "tient compte de leurs territoires" dans "les plans d'expansion vers l'est depuis des années".

Mme Le Pen, quant à elle, prévoit de créer 20 000 nouvelles places dans les prisons et d’augmenter les effectifs de police de 7 000 personnes.

Foulards islamiques

Marine Le Pen veut interdire le port du foulard islamique dans tous les espaces publics car, selon elle, il s’agit d’un « uniforme » imposé par ceux qui ont une vision radicale de l’islam. La France compte la plus grande population musulmane d’Europe. Au premier tour, 69 % des électeurs ont voté pour le candidat de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon. C’est un segment de l’électorat qui pourrait jouer un rôle important au second tour.

Emmanuel Macron ne veut rien changer à cet égard. Il a indirectement exprimé son opposition à cette politique, en exprimant son appréciation pour une jeune femme qui a choisi de le porter, même si elle est féministe. « C’est la meilleure réponse à cette absurdité », a-t-il déclaré.

Europe

Macron a présenté les enjeux du vote du 24 avril comme un « référendum sur l’Europe », arguant que cela protégerait la France des crises de toutes sortes et de la guerre. Il a reproché à son rival de vouloir un « Frexit » mais de ne pas avoir le courage de le dire ouvertement.

Bien que Le Pen ait depuis abandonné ce programme radical, le camp de Macron pense que c’est son objectif ultime.

« Personne n’est contre l’Europe », a-t-elle déclaré après le premier tour de l’élection. Pourtant, en 2012, elle était favorable au retrait de la France de l’UE, avant de reconsidérer sa position cinq ans plus tard : la France devrait simplement quitter la zone euro. Aujourd’hui, elle a encore assoupli son programme.

« Il dit maintenant vouloir rester dans l’UE mais la changer de l’intérieur pour parvenir à une Europe des nations », écrit Sylvie Kaufmann du Monde.

Sur le plan extérieur, il souhaite également mettre fin à la coopération industrielle avec l’ dans le domaine de l’armement, afin de laisser la place à la France pour devenir une « grande puissance (technologique) qui compte ». Admiratrice du Brexit, elle exprime sa volonté de libérer la France du « carcan de Bruxelles », tout en rejetant sa propre ambition de Frexit.

La Russie et l’OTAN

Marine Le Pen a exprimé sa désapprobation de l’invasion de l’ par la , mais le fait qu’elle ait compté sur des prêts de la Russie pour son parti et ses précédentes relations chaleureuses avec ne peuvent être négligés trop facilement. Mais là encore, elle n’est pas une fan de l’OTAN, au contraire, elle propose que la France quitte le commandement militaire intégré sans renoncer « à l’application de l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord sur la sécurité collective, comme ce fut le cas » entre 1966 et 2009.

Lire aussi :  Un vlogueur spécialisé dans la plongée a résolu le mystère de la disparition d'adolescents disparus depuis 21 ans VIDÉO

Enfin, il préconise « un rapprochement stratégique entre l’OTAN et la Russie » une fois la guerre terminée.

D’autre part, Emmanuel Macron a joué un rôle diplomatique clé pendant la guerre, la France assurant la présidence de l’UE, ce qui l’a d’abord favorisé électoralement puis, comme le président français l’a lui-même admis, l’a détourné de la course présidentielle, qu’il a reprise tardivement, permettant à ses adversaires de gagner du terrain.

Environnement

Marine Le Pen n’est pas une écologiste, au contraire. Son programme consiste à prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires existants et à en construire de nouveaux, tandis qu’elle mettrait un terme à l’installation de parcs éoliens et démantèlerait ceux qui existent déjà, au motif qu’ils sont laids pour le paysage.

Dans le même temps, il veut suspendre les subventions aux énergies renouvelables et interdire les importations de denrées alimentaires dans la mesure où elles ne répondent pas aux normes de qualité françaises.

Macron, qui a déjà obtenu le soutien électoral du candidat vert à la présidence (Yannick Jadot), a l’ambition inverse, à savoir amener la France à renoncer au charbon et au et à dépendre à 75 % de l’énergie nucléaire. Il a qualifié d' »aberration absolue » le projet de Mme Le Pen d’abandonner totalement les énergies renouvelables.

Macron prend l’avantage dans les sondages

Les derniers sondages montrent que l’avance de Macron se creuse, trois sondages de mardi le plaçant à une moyenne de 55,83%, son plus haut niveau depuis avant le premier tour (en hausse de plus de trois points par rapport à la moyenne du 8 avril).

Macron et Le Pen cherchent à séduire les électeurs qui ont soutenu Jean Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour avec environ 22 % des voix.

Le parti de Mélenchon n’a pas donné de recommandations de vote pour le tour décisif, mais Mélenchon a demandé à ses partisans de ne pas voter pour Le Pen.

Dans sa première interview télévisée depuis le premier tour, Mélenchon a réitéré cet appel.

« Vous feriez une erreur colossale en votant pour Mme Le Pen. Je ne vous dis pas de voter pour Macron, vous pesez ce qui serait mieux, simplement ne le faites pas », a-t-il déclaré à BFM TV.

Article précédentAlex Adamopoulos, PDG d’Emergn : « La Roumanie incarne le type de culture, d’éthique de travail et de compétences avec lesquelles nos clients veulent interagir ».
Article suivantDe grands noms sur la liste de l’AC Milan. De nouveaux investisseurs veulent amener de grands noms du football à San Siro.
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !