Accueil Dernières minutes ! Economie Le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a cité les principales raisons de...

Le vice-premier ministre russe Alexandre Novak a citĂ© les principales raisons de la hausse des prix du gaz dans l’UE

58
0

Le manque de contrats Ă  long terme et d’investissements dans l’industrie, ainsi que la diminution de la production propre, en sont quelques-unes des raisons, selon le vice-premier ministre russe.

Le manque d’investissements dans l’industrie et les contrats Ă  long terme au profit des transactions spot, la baisse de la production domestique de gaz, l’hiver froid de 2020-2021 et les risques qu’il se reproduise sont devenus les principales raisons de la hausse des prix du gaz dans l’UE, a dĂ©clarĂ© le vice-Premier ministre Alexander Novak dans une interview accordĂ©e Ă  RBC mercredi.

Selon lui, la Commission europĂ©enne abandonne « dĂ©libĂ©rĂ©ment » les principes de base – investissements Ă  long terme dans l’industrie et contrats Ă  long terme – au profit de contrats spot. Il a ajoutĂ© que le marchĂ© spot signifie que l’on se concentre davantage sur l’avenir proche sans comprendre ce qui se passera sur le marchĂ© Ă  moyen et long terme. « Cela a conduit au fait qu’Ă  l’Ă©tĂ© 2021, alors qu’il aurait Ă©tĂ© nĂ©cessaire de pomper du gaz dans les stockages souterrains, le gaz naturel liquĂ©fiĂ© (GNL) fourni dans le cadre de contrats spot (conditionnels par la bourse), sur lequel l’Europe comptait, est allĂ© sur d’autres marchĂ©s qui Ă©taient plus favorables Ă©conomiquement », – a dĂ©clarĂ© Novak.

Ainsi, le GNL des États-Unis, du Qatar et de l’Australie a Ă©tĂ© dirigĂ© principalement vers la rĂ©gion Asie-Pacifique. En consĂ©quence, il y a eu une pĂ©nurie de gaz en Europe et les prix ont augmentĂ©, a ajoutĂ© le vice-premier ministre.

Lire aussi :  XTB : La variante Omicron entraĂ®ne une baisse du prix du pĂ©trole. Que devient le prix de l'essence ?

En outre, une autre raison de la hausse des prix est la diminution de la production propre de gaz de l’UE. Par exemple, depuis 2013, les livraisons de gaz des Pays-Bas ont chutĂ© de 70 % et la production globale des entreprises europĂ©ennes a diminuĂ© de 22 %. Les anciens gisements sont Ă©puisĂ©s et des investissements sont nĂ©cessaires pour en dĂ©couvrir et en ouvrir de nouveaux, explique M. Novak. « Fondamentalement, en Europe, il s’agit de champs offshore, qui sont assez coĂ»teux, nĂ©cessitent un soutien de l’État et attirent des financements bon marchĂ©. Mais qu’est-ce qu’on voit ? Il est conseillĂ© aux banques de ne pas financer les projets traditionnels d’extraction d’hydrocarbures, y compris la production de pĂ©trole et de gaz, ce qui crĂ©e encore plus de pĂ©nuries sur le marché », a notĂ© le vice-premier ministre russe.

Selon lui, l’hiver froid de 2020-2021 est Ă©galement Ă  l’origine de la hausse des prix du gaz dans l’UE : « En raison d’une pĂ©riode hivernale plus longue, le temps de pompage du gaz dans le stockage souterrain (UGS) a Ă©tĂ© rĂ©duit d’environ trois semaines. Cela n’a pas permis de crĂ©er des rĂ©serves de gaz au volume requis pendant l’Ă©té », a dĂ©clarĂ© M. Novak. Il a notĂ© qu’environ 66 milliards de mètres cubes ont Ă©tĂ© retirĂ©s des installations de stockage de gaz en Europe pendant la pĂ©riode hivernale et que seulement 47,8 milliards de mètres cubes ont Ă©tĂ© pompĂ©s pendant la pĂ©riode estivale. Il y a donc eu un dĂ©ficit de près de 18 milliards de mètres cubes.

Lire aussi :  Avertissement de la banque centrale sur les crypto-monnaies : les investisseurs risquent des pertes importantes

Puis les risques d’une rĂ©pĂ©tition d’un hiver froid en 2021-2022 et de pĂ©nuries de gaz ont fait grimper les prix. « Les contrats Ă  terme avec livraison au premier trimestre 2022 rĂ©agissent dĂ©jĂ , en prenant en compte les risques d’un hiver froid et des volumes de gaz insuffisants, donc les prix augmentent. C’est une histoire dĂ©jĂ  connue sur le marché », a conclu le vice-premier ministre russe.

Novak estime que l’Europe doit avoir une prĂ©vision claire de son bilan Ă©nergĂ©tique et de ses besoins en carburant et l’utiliser pour planifier les volumes de consommation et d’approvisionnement Ă  moyen et long terme, Ă©crit RBC. « Il peut y avoir des transactions sur le marchĂ© spot, mais il faut aussi conclure des contrats Ă  long terme pour garantir la composante de base de l’approvisionnement en gaz de l’Europe », a-t-il dĂ©clarĂ© dans l’interview.

Article précédentRoberto Bautista Agut signe pour jouer à Montpellier
Article suivant« C’est ce que Mère Nature vous donne »
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !