Accueil Dernières minutes ! Internationales Le secrétaire général de l’OTAN avant les pourparlers entre la Russie et...

Le secrétaire général de l’OTAN avant les pourparlers entre la Russie et les États-Unis : le risque de conflit en Ukraine est  » réel « .

30
0

L’OTAN est préoccupée par le « risque réel » d’un conflit en Ukraine en raison de la poursuite du renforcement militaire russe à la frontière russo-ukrainienne et doit être prête en cas d’échec diplomatique, a averti vendredi le secrétaire général de l’Alliance de l’Atlantique Nord, Jens Stoltenberg, rapporte l’AFP.

« Le renforcement militaire de la Russie se poursuit autour de l’Ukraine et s’accompagne d’une rhétorique menaçante de la part de Moscou si ses exigences ne sont pas acceptées. Elles sont inacceptables et le risque d’un nouveau conflit est réel », a averti M. Stoltenberg à l’issue d’une réunion des ministres des affaires étrangères des États membres de l’Alliance par vidéoconférence.

Des négociations américano-russes doivent débuter lundi à Genève pour désamorcer le risque d’une intervention russe en Ukraine.

Lire aussi :  Biden avertit les personnes non vaccinées qu'elles doivent s'attendre à "un hiver de maladies graves et de décès".

Moscou a accepté jeudi de participer à une réunion du Conseil OTAN-Russie – la première depuis l’été 2019.

« C’est un signal positif, car les tensions sont élevées », a souligné Jens Stoltenberg.

« L’OTAN engagera un dialogue de bonne foi avec la Russie, qui visera le fond, mais nous devons aussi nous préparer à l’éventualité d’un échec de la dplomatie », a-t-il prévenu.

« Aucune discussion sur la sécurité de l’Europe n’aura lieu sans que les Européens soient à la table des négociations », a-t-il assuré.

« Si la Russie décide d’utiliser des moyens militaires contre son voisin, elle sera frappée de graves sanctions économiques et politiques », a prévenu Jens Stoltenberg.

Lire aussi :  Un pays européen va supprimer le sexe sur les cartes d'identité

Mais l’OTAN n’interviendra pas militairement parce que l’Ukraine n’est pas un État membre de l’Alliance, a-t-il répété.

Mais l’alliance militaire occidentale se prépare à consolider sa présence militaire sur le flanc oriental.

« Nous avons des capacités importantes », a souligné Jens Stoltenberg, insistant sur le fait que l’OTAN dispose d’une force de réaction rapide de 40 000 hommes.

Article précédentLes 10 mauvaises habitudes en matière de cybersécurité à abandonner en 2022
Article suivantJimmy Connors : ne gâchez pas l’Open d’Australie en empêchant Novak Djokovic de jouer.
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !