Accueil Internationales Le président finlandais a admis que la Russie pouvait renforcer sa présence...

Le président finlandais a admis que la Russie pouvait renforcer sa présence militaire dans la mer Baltique.

691
0

Sauli Niinistö a promis de s’exprimer le 12 mai sur la question de l’adhésion à l’OTAN, un sujet d’actualité en Finlande.

Le président finlandais Sauli Niinistö estime que la pourrait créer de nouvelles bases militaires à proximité de son pays. Il a exprimé ce point de vue dans une interview publiée samedi dans le journal Ilta-Sanomat .

On lui a demandé de commenter la déclaration de la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, selon laquelle l’adhésion de la et de la Suède à l’OTAN aurait des « conséquences importantes », ainsi que les propos du vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, selon lesquels, dans ce cas, « il n’y aura aucun problème à modifier le statut non nucléaire de la mer Baltique ».

Lire aussi :  Le directeur arménien du géant russe de l'internet Yandex démissionne après avoir été placé sur la liste des sanctions.

Niinistö a déclaré : « Cela signifie certainement qu’il y a maintenant un vide de près de mille kilomètres à la frontière orientale sans présence militaire. Nous verrons certainement que la Russie peut regrouper ou créer de nouvelles bases et amener de nouvelles troupes dans la région. C’est devenu très clair. En ce qui concerne la mer Baltique, il convient de rappeler que pour la pensée russe, Kaliningrad est essentielle et que la présence en mer Baltique peut être renforcée. »

Le président finlandais a également promis d’exprimer son attitude sur la question de l’adhésion à l’OTAN le 12 mai. Niinistö rencontrera les partis parlementaires le même jour. Selon le journal Helsingin Sanomat, les commissions chargées du rapport du gouvernement sur la politique de sécurité doivent achever leurs travaux le 11 mai.

Lire aussi :  La Russie accuse l'Ukraine de bombarder Belgorod et fait état des premières victimes.

Une éventuelle décision sur la demande de la Finlande sera prise conjointement par le Président et le gouvernement. La première ministre Sanna Marin a déclaré qu’elle soulèverait la question avant que son parti social-démocrate de Finlande ne prenne une décision lors de sa réunion du 14 mai.

Niinistö n’a pas révélé sa position sur l’OTAN dans cette interview.

Article précédentdomaine C31 et realme C35 sont disponibles à la vente en Roumanie
Article suivantFreddie Mercury, une vie de mystère. Le secret qu’il n’a pas partagé avec ses parents
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !