Accueil Dernières minutes ! Internationales Le premier cas de suicide assisté en Italie a été approuvé. Qu’est-ce...

Le premier cas de suicide assisté en Italie a été approuvé. Qu’est-ce qui a motivé un homme à recourir à cet acte

34
0

Mario, un Italien paralysé depuis 10 ans, s’est vu accorder le droit au suicide assisté après une procédure longue et épuisante, dans une affaire qui est allée jusqu’à la Cour constitutionnelle, rapporte le Corriere della Sera.

Mario est un homme tétraplégique de la région des Marches, dans le centre de l’Italie, qui est alité depuis plus de dix ans. Il était chauffeur de poids lourd et était cloué au lit suite à un accident de la route. Il souffre terriblement et a demandé l’an dernier qu’on lui administre une drogue létale pour mettre fin à ses souffrances. Cette semaine, il a reçu l’approbation après une longue procédure, selon La Repubblica.

« Le comité d’éthique a estimé que l’homme remplissait les conditions fixées par le Conseil pour l’accès au suicide assisté. Il reste à déterminer comment la mettre en œuvre » – c’est un passage de la décision finale prise après une véritable bataille judiciaire, selon Digi24.

Lire aussi :  Rihanna déclarée héroïne nationale de la Barbade

Après avoir lu l’avis, Mario a déclaré : « Je me sens soulagé, je suis libéré de toutes les tensions que j’ai accumulées au fil des ans. » Sous la tutelle de sa mère, Mario aurait pu se rendre en Suisse pour un suicide assisté, mais il a décidé de se battre pour faire changer la loi italienne.

Les autorités, cependant, ne sont pas claires et ont des doutes sur la dose de médicament que Mario doit recevoir et sont sur le point de consulter des experts.

Bien qu’il ait reçu le consentement pour se suicider, il peut changer d’avis même au dernier moment, car le suicide médicalement assisté implique l’action de la personne qui le demande : elle seule pourra s’auto-administrer le médicament létal, aucune intervention extérieure, comme celle d’un médecin, ne sera permise, comme c’est le cas pour l’euthanasie.

Lire aussi :  Au moins 45 personnes sont mortes après qu'un bus a pris feu en Bulgarie

En août dernier, Mario a reçu la permission de la Suisse pour aller y mourir, un pays où le suicide assisté est autorisé. Il a choisi de suivre la procédure dans son pays d’origine afin de pouvoir mourir chez lui.

Il a fallu 13 mois à une équipe de médecins et de psychologues pour lui rendre visite, ainsi que plusieurs procédures et auditions devant des comités d’éthique.

Article précédentÉtude : Le développement du cerveau des pieuvres est lié à leur adaptation à l’environnement, aux prédateurs et aux autres formes de vie
Article suivantLe marché des crypto-monnaies perd du terrain pour l’instant dans un contexte de réglementation de plus en plus stricte
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !