Accueil Divertissements Sport Le patron de l’Open d’Australie défend Novak Djokovic contre le « traitement médiatique...

Le patron de l’Open d’Australie défend Novak Djokovic contre le « traitement médiatique injuste ».

27
0

Le directeur du tournoi de l’Open d’Australie, Craig Tiley, estime que les médias ont réservé un traitement injuste à Novak Djokovic au cours des derniers mois. La participation de Djokovic à l’Open d’Australie est l’un des sujets les plus discutés depuis qu’il a été proposé d’interdire aux joueurs non vaccinés de concourir à Melbourne Park.

Le nom de Djokovic figure sur la liste des participants à l’Open d’Australie, mais le Serbe a refusé de révéler son statut vaccinal et rien ne garantit qu’il jouera à Melbourne. « A bien des égards, c’était un peu injuste pour Novak.

Il a dit que ses informations médicales étaient privées et confidentielles. Il a remporté l’Open d’Australie neuf fois, ce qui est vraiment remarquable. Sur ses 20 titres du Grand Chelem, près de la moitié ont été remportés ici ». Tiley a dit à CODE, comme révélé sur Sportskeeda.

Lire aussi :  Tout le monde aime Roger Federer à cause de...", déclare l'entraîneur le plus expérimenté.

« J’ai passé beaucoup de temps avec lui… Je comprends parfaitement son point de vue, sa situation médicale est personnelle et il a le droit de la garder pour lui. Il dévoilera sous peu, cette position. »

Andy Murray réfléchit à la situation de Djokovic

On a demandé à Murray, qui a été battu par Djokovic lors de quatre finales de l’Open d’Australie, s’il serait surpris que Djokovic ne participe pas à l’Open d’Australie.

« Oui, cela me surprendrait, car je pense que le vaccin est sûr. Je sais que certaines personnes disent maintenant qu’ils ne sont pas efficaces parce qu’ils doivent obtenir plus de vaccins pour aider contre les nouvelles souches et tout, mais je pense que c’est le cas pour beaucoup de maladies ». Murray a déclaré à Eurosport.

Lire aussi :  Roger Federer se souvient : "Le gazon est imprévisible, la surface intérieure est ma préférée".

« Comme pour la grippe, par exemple, on nous propose chaque année des vaccins contre la grippe, qui sont légèrement modifiés pour tenter de réduire le risque. Je pense qu’ils sont sûrs et efficaces, alors oui, je serais surpris s’il n’y allait pas pour cette raison.

« Mais aussi, je suppose que ça devient très proche maintenant et nous ne savons pas exactement ce qui se passe, mais on peut supposer qu’il a potentiellement été réticent à le faire. Donc je suppose que si j’apprenais demain qu’il n’y va pas, je serais surpris ? Non, je ne pense pas. »

Article précédentVladimir Poutine a parlé à Emmanuel Macron des tensions en Ukraine
Article suivantBilan de l’année 2021 : Rafael Nadal bat Pablo Carreno Busta à Barcelone.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !