Accueil Dernières minutes ! Internationales Le gouvernement indien a bloqué le financement étranger des Missionnaires de la...

Le gouvernement indien a bloqué le financement étranger des Missionnaires de la Charité, une organisation fondée par Mère Teresa. Attaques de Noël contre des églises

56
0

Le gouvernement indien a refusé de renouveler
autorisation de financement étranger pour les Missionnaires de la Charité (MoC), une congrégation
congrégation fondée par Mère Teresa en 1950, rapporte Reuters.

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Narendra Modi a refusé samedi d’autoriser les financements étrangers pour le MoC après avoir reçu des « avis contraires ».

Selon le ministre en chef du Bengale occidental, Mamata Banerjee, les comptes du MoC ont été gelés le jour de Noël. A son tour, le MdC a notifié à ses centres subordonnés de ne pas utiliser de compte pour les contributions étrangères jusqu’à ce que le problème soit résolu.

Le ministère indien de l’intérieur dément les informations fournies par Banerjee, affirmant que les restrictions ne concernent que les comptes utilisés par le ministère de l’intérieur pour les contributions étrangères.

Mais les programmes pour les pauvres de cette organisation fondée par Mère Teresa dépendent largement de fonds provenant de l’extérieur de l’Inde, note Reuters.

Lire aussi :  La Commission européenne a présenté un projet de réforme du code frontalier Schengen.

« Leurs 22 000 patients et membres du personnel se sont retrouvés sans nourriture ni médicaments. Si la loi est au-dessus de tout, les efforts humanitaires ne doivent pas être compromis », a déclaré Mamata Banerjee, un opposant au gouvernement Modi.

Le vicaire général de l’archidiocèse de Calcutta, Dominic Gomes, a dénoncé le gel des comptes, affirmant qu’il s’agissait d’un « cadeau de Noël cruel pour les plus pauvres des pauvres ».

Cette décision intervient dans un contexte d’attaques de « justiciers » hindous contre la minorité chrétienne. Des groupes de « justiciers » hindous ont perturbé la liturgie de Noël dans plusieurs endroits en Inde, notamment dans les États dirigés par le parti de Narendra Modi. Selon The Hindu, une statue grandeur nature de Jésus à Ambala dans l’État de l’Haryana, gouverné par le parti nationaliste de Modi, le Bharatiya Janata Party (BJP), a été vandalisée la semaine dernière. En outre, des extrémistes hindous ont brûlé une effigie du Père Noël et scandé des slogans anti-Noël devant une église à Varanasi, la circonscription du Premier ministre indien et la ville la plus sacrée pour les hindous.

Lire aussi :  Un nouvel "ennemi du peuple" sur la liste noire de Poutine : le site web d'une ONG qui surveille les arrestations lors des manifestations bloquées en Russie.

Ces attaques interviennent dans un contexte de consolidation de l’extrême droite hindoue, avec l’approbation tacite de Modi, sous le prétexte de prévenir le prosélytisme.

Elias Vaz, vice-président de la All India Catholic Union, a condamné les récentes attaques. « La force de l’Inde vient de sa diversité et ceux qui ont fait cela à Noël sont les véritables anti-nationaux », a-t-il déclaré.

Les chrétiens représentent 2,3 % des 1,4 milliard d’habitants de l’Inde, où l’écrasante majorité (80 %) est hindoue.

Article précédentLe bitcoin et l’ethereum poursuivent leur déclin avant Noël
Article suivantAlex Cicâldău, à nouveau décisif pour Galatasaray ! Ce qu’Olimpiu Moruțan a fait avec Bașakșehir
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !