Accueil Dernières minutes ! Le chef de l’opposition biélorusse en exil demande aux dirigeants de l’UE...

Le chef de l’opposition biélorusse en exil demande aux dirigeants de l’UE d’éviter tout contact avec M. Loukachenko

66
0

Svetlana Tihanovskaya, leader de l’opposition biélorusse en exil, a appelé lundi les dirigeants de l’Union européenne à éviter tout contact avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko, jugeant « étrange » qu’Angela Merkel, la chancelière allemande sortante, ait eu des entretiens téléphoniques avec lui, rapporte France Presse.

« Quel dialogue pouvez-vous avoir lorsque des personnes sont détenues et torturées quotidiennement ? Un véritable dialogue ne pourra commencer que lorsque tous les prisonniers politiques seront libérés et que la violence cessera », a déclaré Mme Tihanovskaya lors d’une conférence internationale à Vienne sur l’avenir de son pays.

Isolé diplomatiquement depuis la répression brutale du mouvement de protestation après sa réélection contestée en août 2020, le président biélorusse Alexandre Loukachenko, dont la légitimité n’est pas reconnue en Occident, s’est entretenu par téléphone à deux reprises la semaine dernière avec la chancelière Angela Merkel pour résoudre la crise des migrants que Minsk est accusé d’avoir orchestrée à la frontière avec la Pologne.

« Je comprends pourquoi cela s’est produit, pour des raisons humanitaires, mais en tant que citoyenne biélorusse, du point de vue biélorusse, cela semble très étrange », a-t-elle souligné, ajoutant que « l’on nous a toutefois assuré qu’il ne s’agissait pas d’un signe de légitimation du régime et qu’il s’agissait uniquement d’aider les personnes » bloquées à la frontière orientale de l’UE.

Lire aussi :  Un désastre pour Tottenham. L'équipe d'Antonio Conte est éliminée de la Conference League après avoir échoué face à Rennes

Outre le chancelier autrichien Alexander Schallenberg, les ministres des affaires étrangères de l’Allemagne, de la Pologne, de l’Estonie, de la Slovaquie et de la Slovénie, cette dernière assurant actuellement la présidence semestrielle de l’Union européenne, devaient participer à la réunion, qui s’est tenue en vidéoconférence en raison de la pandémie.

« J’ai demandé aujourd’hui aux ministres de s’abstenir de tout contact avec le régime (de Minsk) tant que les conditions ne sont pas remplies », a souligné Svetlana Tihanovskaïa, qui craint qu’un tel dialogue « ne renforce le sentiment d’impunité » des dirigeants biélorusses.

Lundi, M. Loukachenko a accusé les autorités de l’Union européenne de refuser de discuter du sort des 2 000 migrants.

Jeudi, l’Union européenne et l’Allemagne ont publiquement rejeté le plan proposé par M. Loukachenko à la chancelière Angela Merkel lors de deux conversations téléphoniques, à savoir le rapatriement de 5 000 migrants par Minsk et la reprise de 2 000 autres par l’Union européenne, selon Reuters.

Lire aussi :  Sans vaccin : Pfizer se vante que son vaccin offre une protection durable pour les 12-15 ans

Mais le président biélorusse a insisté lundi sur le transfert de 2 000 migrants en Allemagne et s’est plaint de n’avoir aucun contact avec l’UE sur cette question, rapporte Agerpres.ro.

« J’attends une réponse de l’UE, qui n’envisage même pas la question. Et ils n’ont même pas pris contact avec moi, ce qu’ils (Merkel) m’avaient promis », a déclaré M. Loukachenko, cité par Reuters.

Berlin a de nouveau rejeté la proposition de Minsk lundi. « L’idée d’un couloir humanitaire vers l’Allemagne pour 2 000 migrants n’est pas une solution acceptable ni pour l’Allemagne ni pour l’UE », a déclaré un porte-parole du gouvernement fédéral.

Selon Varsovie, les autorités biélorusses continuent de diriger les demandeurs d’asile vers la frontière polonaise, bien que les principaux camps de la zone frontalière aient été évacués la semaine dernière.

Article précédentGRATUIT MAINTENANT, 2 ans en Roumanie. Enregistrement du montant reçu par un chauffeur et de la distance parcourue par le client le plus fidèle
Article suivantLes Britanniques risquent de manquer de champagne le soir du Nouvel An
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !