Accueil Dernières minutes ! Le cerveau humain a perdu 10 % de sa taille en trois...

Le cerveau humain a perdu 10 % de sa taille en trois millénaires. Les scientifiques expliquent

53
0

Le cerveau humain a perdu 10 % de sa taille en trois mill√©naires. Les scientifiques sont conscients de ce fait, mais ont eu des difficult√©s √† l’expliquer. Une √©quipe de biologistes, d’anthropologues et de neuroscientifiques am√©ricains pense toutefois que le r√©tr√©cissement du cerveau pourrait √™tre li√© au partage des connaissances et √† la prise de d√©cision en groupe.

Les humains ont un cerveau consid√©r√© comme ¬ę¬†grand¬†¬Ľ, dont la taille a augment√© au d√©but de l’√©volution. Il y a 20 000 √† 30 000 ans, l’homme de Cro-Magnon et l’Homo sapiens avaient l’un des plus gros cerveaux connus. Mais il y a environ 3 000 ans, au cours de l’√®re g√©ologique actuelle, l’holoc√®ne, la taille du cerveau humain a commenc√© √† se r√©duire, selon Digi 24.

Ses dimensions ont clairement diminu√©, passant de 1 500 √† 1 350 centim√®tres cubes. En d’autres termes, il a perdu environ 10 % de son volume, une perte √©quivalente √† une balle de tennis. Les scientifiques connaissent ce ph√©nom√®ne depuis longtemps, mais ont eu du mal √† en expliquer les causes.

R√©cemment, une √©quipe de biologistes, d’anthropologues et de neuroscientifiques des universit√©s de Dartmouth et de Boston, aux √Čtats-Unis, semble s’√™tre rapproch√©e de la r√©solution de ce myst√®re. Ils ont publi√© les r√©sultats d’une √©tude sur la plateforme scientifique Frontiers in Ecology and Evolution.

Lire aussi :  Les processeurs AMD EPYC √©quipent les nouvelles machines virtuelles AWS EC2 Hpc6a

Selon ces chercheurs, la r√©duction de la taille du cerveau humain est li√©e √† l’utilisation de l’intelligence collective dans les soci√©t√©s humaines. ¬ę¬†Les humains vivent dans des groupes sociaux au sein desquels plusieurs cerveaux contribuent √† l’√©mergence d’une intelligence collective¬†¬Ľ, affirment-ils. Par cons√©quent, le r√©tr√©cissement du cerveau pourrait √™tre li√© au partage des connaissances et √† la prise de d√©cision en groupe.

Selon les scientifiques, les fourmis sont la cl√© de la compr√©hension des m√©canismes qui ont conduit √† la diminution de la taille du cerveau humain. Cette esp√®ce partage avec l’homme certains aspects de la vie sociale, comme la prise de d√©cision collective, la division du travail et la production de nourriture. Les scientifiques ont suppos√© que ces similitudes pouvaient √™tre une indication g√©n√©rale des facteurs qui influencent les changements de taille du cerveau humain.

Par cons√©quent, la taille du cerveau des fourmis et leur consommation d’√©nergie ont √©t√© √©tudi√©es. Les scientifiques ont ainsi compris que l’intelligence collective et la division du travail jouaient un r√īle dans la variation de la taille du cerveau. En effet, la taille du cerveau des fourmis diminue lorsque celles-ci partagent leurs connaissances et se sp√©cialisent dans une t√Ęche individuelle. Le cerveau consomme moins d’√©nergie s’il a moins de connaissances √† stocker et ne doit effectuer qu’un tri simplifi√© des informations collect√©es. Par cons√©quent, le cerveau n’a pas besoin d’√™tre aussi grand qu’il l’√©tait chez les fourmis. Il en va de m√™me pour les humains.

Lire aussi :  Samsung pr√©sente la maison intelligente du futur avec les innovations SmartThings et son partenariat avec la Home Connectivity Alliance.
La taille du cerveau ne d√©termine pas l’intelligence humaine

S’il est ind√©niable que la taille de notre cerveau a diminu√© au cours des mill√©naires, cela ne signifie pas que les humains sont moins intelligents qu’avant. Selon une √©tude scientifique internationale de 2015 coordonn√©e par l’Universit√© de Vienne, la taille du cerveau ne d√©termine pas l’intelligence humaine. La bonne connexion entre la mati√®re blanche et la mati√®re grise est plus importante que la masse c√©r√©brale en soi.

En revanche, l’√©tude sur les raisons du r√©tr√©cissement du cerveau sugg√®re qu'¬†¬Ľun groupe de personnes est plus intelligent que l’individu le plus intelligent du groupe¬†¬Ľ, d√©clare l’un des coauteurs de l’√©tude, le Dr James Traniello de l’universit√© de Boston.

Article précédentLe bitcoin est tombé à son plus bas niveau depuis fin septembre
Article suivantConsultations russo-américaines à Genève. Chef de la délégation américaine : les exigences de Moscou sont inacceptables. Réaction de son homologue russe