Accueil Divertissements Sport L’ancienne gloire de l’équipe de Ianis Hagi a été diagnostiquée d’une terrible...

L’ancienne gloire de l’équipe de Ianis Hagi a été diagnostiquée d’une terrible maladie : « L’heure tourne ! » Les fans des Rangers consternés

119
0

Terrible nouvelle pour l’équipe de Ianis Hagi. Andy Goram a un cancer

Goram était une idole des fans à Ibrox, où il est arrivé en 1991. Il a joué pour les Rangers jusqu’en 1998 et a remporté 10 trophées sous le maillot des protestants.

À 58 ans, Goram joue son match le plus important. L’ancien gardien de but souffre d’un cancer de l’œsophage. Il a refusé le traitement cytostatique et dit que les médecins lui donnaient six mois à vivre.

« Je pensais avoir une indigestion sévère. Tout mon estomac était bloqué. Après quelques semaines, ça a empiré. Tout ce que je mangeais ou buvais n’atteignait pas la moitié de mon estomac et je vomissais. Je n’ai pas pu voir mon généraliste en face à face pendant deux semaines, au cours desquelles j’ai souffert d’une agonie totale.

On m’a fait un scanner et on m’a emmené d’urgence à l’hôpital. J’ai dit à mes proches d’être avec moi. C’est alors que la sonnette d’alarme a commencé à retentir. J’ai réalisé que j’avais un cancer. Le chirurgien a expliqué où se trouvait le cancer et qu’il était inopérable. Je savais que je devais me battre. Si je ne fais pas de chimio, il me reste en moyenne six mois à vivre.

Faire une chimiothérapie et être à l’agonie pour seulement trois mois de plus avec une qualité de vie nulle ? Non merci. La chimiothérapie n’est pas au menu. Ils ont dû mettre un stent dans mon oesophage pour débloquer le cancer et m’aider à avaler à nouveau. L’opération a été un succès total, mais la douleur était encore insupportable », a déclaré Andy Goram, selon Daily Record.

Lire aussi :  La demande expresse de Recep Erdogan pour Ianis Hagi. Le leader d'Ankara veut le fils de Gica Hagi au Galatasaray d'Istanbul.

Goram : Je vais me battre comme je ne l’ai jamais fait auparavant.

« Maintenant, la priorité est d’obtenir le bon mélange et la bonne force des analgésiques avec la morphine. On m’a donné d’autres médicaments que je n’essaie pas de prononcer. Je dois prendre mes médicaments à la lettre ou je vais avoir de gros problèmes.

Ma douleur est gérable. Je peux encore marcher, voir mes amis et mes clubs de supporters et rester moi-même.

Je serai ici aussi longtemps que je le pourrai. Je vais me battre comme je ne l’ai jamais fait auparavant. La seule différence est que l’heure tourne », a ajouté Andy Goram.

Lire aussi :  Comment Ianis Hagi a passé ses nuits après sa terrible blessure
Article précédentChris Evert : Rafael Nadal a l’air fatigué
Article suivantDaria Kasatkina identifie les améliorations qu’elle a apportées après avoir atteint les quarts de finale du GR.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !