Accueil Dernières minutes ! L’amour de soi est essentiel pour une vie épanouie. Des solutions à...

L’amour de soi est essentiel pour une vie épanouie. Des solutions à appliquer tous les jours

207
0

L’amour de soi est un terme que nous rencontrons de plus en plus souvent dans nos conversations quotidiennes. Entre « Tu dois t’aimer davantage » et « Tu ne peux pas aimer quelqu’un d’autre si tu ne t’aimes pas d’abord toi-même » vient la question « Comment t’aimer toi-même ? ».

Il devient difficile de décrire à quelqu’un comment faire, d’essayer de lui donner des suggestions sur les moyens de vivre une vie plus épanouie, d’avoir plus de confiance, de réussir, ou même de ressentir autre chose que ce qu’il ressent. Alors, de quoi s’agit-il ?

Valeur personnelle

Pour apprendre à s’aimer, il faut d’abord accepter sa propre valeur. Nous l’avons tous, et il représente ce que vous êtes, depuis le moment de votre conception, un acquis qui ne change jamais : un être sacré qui mérite d’aimer et d’être aimé, unique, individuel et doté de nombreux talents.

La valeur personnelle ne peut pas vous être enlevée, elle est toujours là, mais pour beaucoup de gens, elle est cachée derrière des murs de protection. Aucun comportement ne peut vous rendre plus ou moins important en tant que personne.

C’est pourquoi il est important de séparer la personne du comportement, dans le sens où il faut la voir et la comprendre au-delà des actions ponctuelles et parfois indésirables. Nous sommes tous tellement plus que nos comportements.

Estime de soi

Lorsqu’une personne commence à voir au-delà de son propre comportement, l’estime de soi intervient, comme une protection contre la possibilité de ne pas être aimé et apprécié pour ce que l’on est. L’estime de soi est un écran, un bouclier que vous construisez autour de votre véritable moi afin de survivre soit dans le système social dont vous faites partie, soit dans certaines relations.

Plus les menaces à l’expression de votre valeur personnelle sont grandes, plus votre estime de soi est faible et plus vos mécanismes de protection sont puissants. L’estime de soi est la liberté avec laquelle vous osez vous révéler aux autres. L’estime de soi comporte deux dimensions centrales : le sentiment d’être digne d’être aimé et le sentiment d’être capable.

La névrose majeure de la société occidentale est la dépendance : dépendance à la performance (scolaire, sociale, professionnelle ou sexuelle), dépendance à être valorisé, aimé, accepté, loué et confirmé par les autres, dépendance au succès. D’où vient cette dépendance ? La réponse réside principalement dans le type d’amour et d’affection reçu d’abord dans la famille, puis à l’école. Conditionnel ou inconditionnel.

Les relations qu’un enfant entretient avec les adultes importants de sa vie sont son miroir et déterminent le type d’image de soi qui se forme dans son esprit. Comme les parents et d’autres adultes vous servent de miroirs dans l’enfance, si vous avez eu des expériences prédominantes de chaleur physique et émotionnelle, de confirmation, de louanges, d’encouragement, de soutien, de tendresse, de jeu et de compréhension, vous avez maintenant un niveau élevé d’estime de soi.

Si, en revanche, vous avez souvent fait l’expérience de l’absence d’affection ou du manque de soins chaleureux, du ridicule, de la critique, de la violence physique, ou si vous avez été exposé à des silences hostiles et à des étiquettes décourageantes, vous avez maintenant une image inférieure de vous-même.

L’amour de soi est un choix

L’amour de soi n’est pas simplement un état où l’on se sent bien. L’amour de soi est une action et un choix. Il s’agit d’un mode de relation avec soi-même qui implique de compatir à ses erreurs, de comprendre ses pertes et d’être capable de communiquer efficacement avec soi-même sur la vie sans se juger ou se punir sévèrement.

Des recherches ont montré qu’apprendre à s’aimer soi-même est associé à une diminution de l’anxiété et de la dépression, à une réduction du stress dans la vie, à une vision plus optimiste de la vie en général et à une meilleure adhésion aux changements vers un comportement sain.

En bref, apprendre à s’aimer commence par la façon dont vous vous regardez et vous traitez. Contrairement au narcissisme, à l’égoïsme ou à l’égocentrisme, l’amour de soi implique d’avoir une relation saine avec soi-même et de s’accepter pleinement, y compris ses forces et ses faiblesses, ses triomphes et ses défis, ses succès et ses échecs.

L’amour de soi implique une image saine et stable de soi, fondée sur ses propres idées, observations et valeurs plutôt que sur les opinions et les jugements des autres. Comme elle n’est pas nécessairement innée, elle peut être apprise. Voici quelques conseils utiles sur la façon de s’aimer soi-même :

Un égoïsme sain

Dès le plus jeune âge, on nous enseigne que l’égoïsme est mauvais : en tant qu’enfants, nous sommes encouragés (à juste titre) à partager nos jouets avec nos amis et nos frères et sœurs, à ne pas être cupides et à être gentils avec ceux qui n’ont pas autant de chance que nous. Les parents, la société et certaines religions nous conditionnent à voir l’égoïsme comme une qualité totalement négative. Cependant, la vérité est que, dans les bonnes circonstances, être égoïste est non seulement une réaction parfaitement normale et appropriée, mais c’est également crucial pour maintenir son propre bonheur et son sentiment d’estime de soi dans lequel ses propres besoins sont prioritaires.

Parfois, l’égoïsme n’est pas seulement une « bonne » chose, il peut vous motiver à prendre des mesures positives pour remédier à de mauvaises situations. Un tel égoïsme sain n’est pas une mauvaise chose, mais une vertu vitale qui vous permet d’être bon envers les autres parce que vous avez d’abord été bon envers vous-même. En tant qu’êtres humains, nous ne possédons pas une énergie illimitée. Nous avons tous besoin de prendre du temps pour nous, d’arrêter ce que nous faisons et de faire le plein d’énergie. Dire « non » de temps en temps n’est pas de l’égoïsme, mais une reconnaissance que vous méritez des pauses comme tout le monde.

Un égoïsme sain est essentiel pour nous permettre de reconnaître et d’éviter les situations où nous sommes traités injustement, exploités ou même abusés. Un excellent exemple de cela serait dans le contexte de certaines relations « toxiques » dans lesquelles les exigences de l’autre sont placées entièrement au-dessus de ses propres besoins raisonnables.

Dans ce cas, reconnaître qu’une relation ou une dynamique familiale est émotionnellement ou même physiquement dommageable et prendre des mesures pour préserver son propre bonheur est une démarche positive.

Donc, si vous voulez apprendre à vous aimer, fixez des limites, prenez du temps pour vous, aimez-vous suffisamment pour prendre la bonne décision pour vous, et non pour quelqu’un d’autre. S’aimer soi-même est une action permanente, un processus permanent, un choix permanent. Vous devez constamment investir en vous-même en vous efforçant de faire des choses qui favorisent l’amour de soi.

Affronter le critique intérieur

Votre dialogue intérieur constitue la base de votre relation avec vous-même. Comme beaucoup de gens, vous avez peut-être un critique intérieur très fort qui vous sape constamment et remet en question vos décisions tout en soulignant vos défauts et vos erreurs. Ce « critique intérieur » peut empoisonner votre relation avec vous-même et avoir un impact important sur votre capacité à vous aimer.

Si vous voulez apprendre à vous aimer, ne répétez pas les pensées autocritiques ou négatives. Au contraire, interrompez votre critique lorsque vous le prenez sur le fait. Détournez votre attention de ces pensées et redirigez-la vers une perspective différente, plus douce et plus utile.

Portez toute votre attention et votre conscience sur un aspect de votre expérience actuelle : où vous êtes, ce que vous faites, ce que vous voyez, ou les sensations que vous remarquez dans votre corps. Une fois que nous sommes plus conscients de nos pensées autocritiques, l’étape suivante consiste à commencer à les remettre en question et à les changer. Lorsqu’une pensée négative surgit, voici quelques questions que vous pouvez vous poser pour remplacer la voix de la critique par celle de la compassion :

Est-ce vraiment vrai ? Serait-ce une opinion plutôt qu’un fait ? Quelle preuve ai-je que ce n’est pas vrai ? Que dirait une autre personne de cette situation ? Que dirais-je à un ami proche dans cette situation ? Ces questions peuvent vous aider à remettre en question vos pensées négatives et à développer des pensées plus douces et plus amicales à votre égard.

Le rôle de l’attention et de l’écoute

Écouter peut signifier deux choses. Premièrement, il est essentiel de prêter attention à la façon dont vous vous parlez intérieurement pour apprendre à cultiver un sentiment intime d’amour de soi.

Continuer l’article, ici

Article précédentJennifer Lopez et Ben Affleck, inséparables ! Les deux amoureux ont passé une nuit romantique en ville.
Article suivantLa citrouille : l’aliment-médicament. Les maladies qu’il guérit et les personnes pour lesquelles il est contre-indiqué.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !