Accueil Economie L’administration Biden pourrait ajuster le calendrier de sortie du pétrole brut des...

L’administration Biden pourrait ajuster le calendrier de sortie du pétrole brut des réserves stratégiques si les prix baissent de manière substantielle

102
0

L’administration Biden pourrait ajuster le calendrier des libérations de pétrole brut des réserves stratégiques si les prix baissent de manière substantielle, a déclaré mercredi le secrétaire adjoint à l’énergie américain David Turk, rapporte Reuters.

M. Turk a également déclaré dans une interview vidéo pour la conférence Reuters Next que les autres pays consommateurs qui ont accepté de libérer des réserves stratégiques d’un commun accord avec les États-Unis pour tempérer les prix pourraient ajuster leur calendrier si nécessaire.

« Je pense que chaque pays prendra des décisions en fonction de ce qui est utile et bon pour ses consommateurs et du niveau des prix », a-t-il déclaré.

Lire aussi :  Risques de guerre envisagés par les investisseurs : nous allons tous payer, et l'Europe occidentale en est en partie responsable

L’administration du président Joe Biden a annoncé le mois dernier qu’elle allait libérer 50 millions de barils des réserves stratégiques de pétrole des États-Unis, parallèlement à des mesures plus modestes prises par des responsables en Chine, en Inde, au Japon, en Corée du Sud et en Grande-Bretagne, afin de contribuer à réduire les coûts énergétiques pour les consommateurs.

Cet accord inhabituel a été conçu pour contrôler la hausse des prix de l’énergie après que le groupe de producteurs de l’OPEP et ses alliés, dont la Russie, ont rejeté les demandes répétées de Washington et d’autres pays consommateurs de pomper plus rapidement pour répondre à la demande croissante alors que le monde commençait à sortir de la pandémie.

Lire aussi :  Les Européens sont prêts à dépenser plus pour voyager cette année

Toutefois, les prix du pétrole ont depuis lors chuté, car on craint que la nouvelle variante omicron du coronavirus ne se propage et n’entraîne des restrictions généralisées, réduisant ainsi la demande mondiale d’énergie.

Après les commentaires de M. Turk, le prix du pétrole américain s’échangeait à 67,51 dollars le baril, en hausse de 1,33 dollar.

Lisez aussi :

Reuters : La Turquie dépense de l’argent qu’elle ne possède pas.

Tesla a achevé la relocalisation de son siège social californien au Texas.

Article précédentLa Suisse a légalisé les capsules de suicide assisté. Ce que dit leur créateur | VIDEO
Article suivantLa technologie ThinkShield pour smartphone de Motorola reçoit la certification de sécurité FIPS 140-2
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !