Accueil Economie La Suisse a gelé des avoirs russes d’une valeur d’environ 5,75 milliards...

La Suisse a gelé des avoirs russes d’une valeur d’environ 5,75 milliards de francs suisses à la suite de sanctions internationales.

339
0

La Suisse a bloqué des avoirs russes d’une valeur d’environ 5,75 milliards de francs suisses à la suite des sanctions internationales contre la Russie, et ce montant est susceptible d’augmenter, a déclaré jeudi un responsable gouvernemental, rapporte Reuters.

« Le montant mentionné, qui dépasse largement les 5 milliards de francs, se réfère à un moment donné. Avec les nouvelles informations qui nous parviennent et les éventuels ajouts aux listes de sanctions de l’UE, que la Suisse appliquerait également, il est probable que ce montant augmente encore », a déclaré M. Bollinger.

Le président ukrainien Volodimir Zelenski a fait pression sur la Suisse, destination prisée de l’élite moscovite et dépositaire de la richesse russe, pour qu’elle identifie et gèle plus rapidement les avoirs de centaines de Russes sanctionnés.

Les banques suisses détiennent jusqu’à 213 milliards de dollars de fonds russes, selon le lobby des banques suisses.

Cependant, trouver les actifs qui devraient être bloqués par les sanctions est un problème bureaucratique.

Lire aussi :  Les autorités libanaises ont autorisé un navire syrien détenu à quitter le port de Tripoli

Le SECO a été critiqué pour son manque de préparation et de personnel pour traiter les informations qui le concernent, alors même que les journalistes interrogent les responsables sur d’autres actifs qui pourraient passer à travers les mailles du filet.

« Nous ne pouvons pas nous contenter de partir à la pêche et de collecter des documents auprès de chaque ministère. C’est comme la circulation : il y a des règles à respecter, même sans policier à chaque feu rouge », a déclaré M. Bollinger.

Les responsables régionaux ont exprimé leur confusion quant à la mise en œuvre des sanctions, soulignant le manque de directives claires.

M. Bollinger a reconnu que des améliorations pouvaient être apportées.

Les banques vérifient les dossiers pour s’assurer qu’aucune personne soumise à des sanctions ne se faufile entre les mailles du filet.

Le Credit Suisse, par exemple, a demandé la permission de faire travailler 20 employés chargés de la conformité la nuit, le week-end et les jours fériés.

Lire aussi :  La Russie interdit les crypto-monnaies

M. Bollinger a mis en garde contre le fait de supposer que les centaines de milliards de fonds russes détenus en Suisse sont tous soumis à des sanctions.

« Toutes les personnes ou entités sanctionnées ne disposent pas d’avoirs en Suisse. Et, d’autre part, tous les Russes ayant des avoirs en Suisse ne figurent pas simultanément sur les listes de sanctions », a-t-il déclaré.

Je recommande aussi :

Les soldats russes ont reçu l’ordre de cibler les zones résidentielles dès les premiers jours de l’invasion, selon des interceptions radio.
Cri de désespoir de Mariupol : « La vie dans ma ville s’est déplacée vers les sous-sols. Tout le monde attend de mourir« 

Photo-journaliste de : « Il y a des scènes horribles en que, même si je les voyais dans un film d’art, j’aurais encore du mal à regarder » PHOTO

Article précédentEmmanuel Macron discutera avec Vladimir Poutine d’une opération humanitaire visant à évacuer les citoyens de Mariupol
Article suivantSamsung annonce le M8, sa toute nouvelle série de moniteurs intelligents
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !