Accueil Internationales La réunion entre Blinken et Lavrov sur la crise ukrainienne est terminée....

La réunion entre Blinken et Lavrov sur la crise ukrainienne est terminée. Ce que la Russie attend des négociations

81
0

La réunion à Genève des diplomates russes et américains s’est terminée après une heure et demie. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré lors d’une conférence de presse que le dialogue entre Moscou et Washington se poursuivrait et que la Russie attendait des réponses écrites des États-Unis dans la semaine à venir.

Exprimant l’espoir que ces discussions « franches » puissent entraîner une « réduction de l’émotion » concernant la crise autour de l’Ukraine, M. Lavrov a de nouveau souligné que la Russie n’était pas une menace pour son voisin, rapporte Reuters.

M. Lavrov a qualifié ces entretiens d’utiles, répétant que la Russie ne prévoit pas d’assaut contre l’Ukraine et que le président russe est toujours prêt à entrer en contact avec le président américain Joe Biden, mais que toute future discussion entre eux doit être préparée très soigneusement.

Se serrant la main à l’hôtel Président Wilson à Genève avant le début des discussions, MM. Lavrov et Blinken ont convenu qu’ils n’attendaient pas de progrès majeurs, mais ont indiqué ce qu’ils souhaitaient obtenir de ces nouvelles négociations – des réponses concrètes à des propositions concrètes, du côté russe, et une évaluation de la manière dont le dialogue pourrait se poursuivre, du côté américain.
M. Lavrov a fait remarquer à Blinken que la Russie ne voyait pas de progrès immédiat dans la résolution de ses demandes : « Nos propositions sont très concrètes, c’est pourquoi nous attendons des réponses tout aussi concrètes. »
« C’est un moment critique. Vous avez raison : nous ne nous attendons pas à résoudre nos différends ici et maintenant », a souligné M. Blinken en ouvrant les discussions.
Les États-Unis ont promis de donner une réponse écrite aux demandes russes d’un retrait de l’OTAN de l’Europe de l’Est, a annoncé vendredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, à l’issue d’entretiens à Genève avec son homologue américain Antony Blinken sur la crise au centre de laquelle se trouve l’Ukraine, rapporte l’AFP, citée par news. ro. M. Lavrov a également convenu avec son homologue qu’un nouveau sommet Biden-Poutine était « prématuré ».
« Nous avons convenu de soumettre des réponses écrites la semaine prochaine à nos propositions », a déclaré Sergueï Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe a annoncé qu’il avait convenu avec son homologue américain qu’ils « s’accordent sur la nécessité d’un dialogue raisonnable » pour que « l’émotion diminue ».

Les deux hommes ont convenu d’avoir « d’autres contacts à (leur) niveau » et qu’un nouveau sommet entre le président russe Vladimir Purtin et le président américain Joe Biden était « prématuré », a-t-il annoncé.

Lire aussi :  La ville presque déserte du Japon qui s'est transformée en laboratoire de recherche sur les ovnis.

« Je ne sais pas si nous sommes sur la bonne voie. Je le saurai quand nous aurons une réponse », a ajouté Sergueï Lavrov.

Il a assuré que la Russie n’avait « jamais, jamais, nulle part, menacé le peuple ukrainien », dénoncé une nouvelle fois le pouvoir de Kiev comme « russophobe » et reproché à l’OTAN de considérer l’Ukraine comme « appartenant à sa zone d’influence ».

Cette rencontre entre MM. Lavrov et Blinken au Palais de Genève est la dernière étape d’un intense ballet diplomatique qui a débuté par deux entretiens entre Vladimir Poutine et Joe Biden en décembre.

Lire aussi :  La Grèce autorise l'entrée avec un test d'antigène rapide valable 24 heures

Les États-Unis considèrent la perspective d’une incursion militaire russe en Ukraine comme de plus en plus probable après le déploiement de dizaines de milliers de soldats russes à la frontière russo-ukrainienne.

Le Kremlin nie toute intention belliqueuse, mais conditionne une désescalade à l’adoption de traités garantissant la non-extension de l’OTAN et le retrait de l’Alliance de l’Atlantique Nord d’Europe orientale. L’Occident rejette ces demandes comme étant inacceptables.

Sergei Lavrov a donné le ton au début des entretiens avec son homologue américain Antony Blinken.

Le chef de la diplomatie russe a déclaré qu’il ne s’attendait pas à des « progrès majeurs » avec Antony Blinken.

Le secrétaire d’État américain a à son tour menacé d’une réponse « unie, rapide et ferme » de Washington et de ses alliés en cas d’invasion russe en Ukraine.

Mais M. Blinken a assuré que les États-Unis continuaient à rechercher une solution diplomatique.

Article précédentL’acteur John Malkovich n’a pas pu séjourner dans un hôtel de luxe à Venise car son certificat vert avait expiré
Article suivantL’acteur français Gaspard Ulliel est décédé à l’âge de 37 ans des suites d’un accident de ski
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !