Accueil Internationales La réélection de Macron considérée comme une victoire pour l’Europe

La réélection de Macron considérée comme une victoire pour l’Europe

692
0

Le plus jeune président de la Vème République a été réélu, comme Jacques Chirac il y a 20 ans, au soulagement de l’Europe et à la fureur des radicaux de droite comme de gauche.

Si elle a abandonné la rhétorique de la sortie de la France de l’Union européenne (UE), comme elle le préconisait il y a cinq ans, Mme Le Pen propose néanmoins un « programme radical » qui conduirait progressivement au Frexit, préviennent les Echos. En même temps, Macron a une vision « profondément européenne », défendant une « Europe plus forte », souligne 20Minutes.

Symboliquement, Macron a fait campagne à Strasbourg, où se trouve le siège du Parlement européen. De là, le président sortant de la France a dénoncé les politiques souverainistes de Le Pen à la manière de la de Viktor Orban. « Le nationalisme, c’est la  », a prévenu le dirigeant à l’Élysée, reprenant un avertissement lancé il y a 27 ans par l’un de ses prédécesseurs, François Mitterrand.

Lors du seul débat électoral qu’il a eu avec Le Pen mercredi dernier, Macron a accusé son adversaire de vouloir le Frexit, mais il n’ose pas le dire ouvertement. Mme Le Pen a répondu qu’elle souhaitait que son pays reste dans l’UE, mais dans une « Europe des nations ».

« L’Europe est sauvée », a réagi Christiane, 74 ans, dans un café de Bordeaux, immédiatement après l’annonce du sondage de sortie des urnes, indiquant une nette victoire de Macron. « Je suis heureuse pour l’avenir de mon pays, mais surtout pour l’Europe, sauvée pour les cinq prochaines années par l’extrême droite », a-t-elle ajouté à France Bleu.

La victoire de M. Macron a été immédiatement saluée par les dirigeants européens : « Ensemble, nous ferons avancer la France et l’Europe », a tweeté la présidente de la , Ursula von der Leyen. « Nous avons besoin d’une Europe forte et d’une France pleinement engagée pour une Union européenne plus souveraine et stratégique. Nous pouvons compter sur la France pour cinq années supplémentaires », a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel. C’est « un engagement fort envers l’Europe ». Je suis heureux que nous poursuivions notre bonne coopération », a déclaré Olaf Scholz.

Lire aussi :  La Grande-Bretagne ouvre grand ses frontières. Embauche de chauffeurschauffeurs routiers, soignants et travailleurs sociaux

Outre l’UE, M. Macron a également reçu des messages de félicitations du Kremlin et de la Maison Blanche. Alors que, dans un texte laconique, a souhaité à M. Macron « bonne chance » et « bonne santé », Joe Biden lui a dit qu’il était « impatient de poursuivre une coopération étroite, notamment pour soutenir l’Ukraine, défendre la démocratie et lutter contre le changement climatique ».

Pour une UE souveraine

Dans son premier message après la fermeture des bureaux de vote, Emmanuel Macron a promis d’être le président de tous et de chercher des réponses pour ceux qui ont voté pour l’extrême droite. Il a déclaré que les Français avaient choisi « un projet social et écologique » en ces « temps tragiques ». Il s’est dit conscient que des « années difficiles, historiques » l’attendent et a invité les Français à se joindre à sa cause pour « écrire l’histoire ensemble ».

Pendant la campagne, Macron a appelé à « refonder » l’UE « après la guerre ». Il souhaite une UE souveraine dans de nombreux domaines, de la technologie aux vaccins en passant par le commerce et la défense. « Nous avons besoin d’une Union européenne plus forte et plus intégrée et nous avons besoin du tandem franco-allemand pour la guider », a déclaré le président français en exercice.

Mais selon Euractiv, la réélection de Macron pourrait réduire le leadership de l’ au sein de l’UE.

 » Je pense que Macron émerge comme une voix inévitable, la voix légitime de l’Europe « , commente à Euractiv Henning Vöpel du Centre de politique européenne (CEP), un groupe de réflexion basé en Allemagne.

Il énumère plusieurs facteurs qui favoriseraient la France en tant que leader en Europe, notamment l’hésitation de Berlin à aider l’Ukraine avec des armes lourdes et à renforcer les sanctions contre la , ainsi que son isolement sur la réforme de la dette européenne, où Emmanuel Macron a pour allié le Premier ministre italien Mario Draghi.

Lire aussi :  Les troupes russes accèdent à Herson, un point important pour la protection d'Odessa.

Si la politique antérieure de l’Allemagne à l’égard de la Russie est considérée comme un échec, le gouvernement actuel de Berlin reconnaît qu’il doit redéfinir ses stratégies étrangères et son modèle économique. « Nous sommes dans une situation de triple péril. Nous sommes devenus trop dépendants de l’énergie russe, de la sécurité américaine et du commerce avec la  », a déclaré mercredi dernier le ministre allemand des finances, Christian Lindner.

Bien que Macron ait acquis une allure de leader, le moteur franco-allemand montre des signes de vouloir aller de l’avant. Pourtant, les positions de Berlin coïncident avec celles de Paris, notamment sur la souveraineté européenne.

 » L’Allemagne est à un tournant, mais je pense que Berlin relèvera le défi « , a déclaré Marc Uzan du CEP Paris à Euractiv.

« Macron pourrait être le pont qui aidera l’Allemagne à changer son modèle de croissance et peut-être son modèle géopolitique », conclut-il.

Manifestations violentes en France

Si le résultat de l’élection présidentielle française a suscité une vague de soulagement en Europe, certains Français sont en colère. De violentes manifestations ont eu lieu dimanche soir peu après la fermeture des bureaux de vote dans plusieurs villes françaises, dont la capitale Paris, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse, etc. « Ni Macron ni Le Pen », scandaient certains manifestants, laissant entendre qu’ils étaient des sympathisants du radical de gauche Jean-Luc Mélenchon, leader du parti politique France Nesupée (« La France Insoumise »). Classé troisième au premier tour de l’élection présidentielle avec 22% des voix, Mélenchon, 70 ans, a un nouvel objectif : devenir Premier ministre lors des élections législatives des 12-19 juin.

Article précédentCRBL, conclusions après Survivor. Avec laquelle célébrité il est resté en bons termes
Article suivantObésité apporte avec elle une foule de problèmes de santé. Quelles maladies peuvent déclencher livres supplémentaires
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !