Accueil Divertissements Sport La fortune d’Emma Raducanu est passée de 44 à 12 millions de...

La fortune d’Emma Raducanu est passée de 44 à 12 millions de livres sterling après sa victoire à l’US Open.

566
0

Depuis son triomphe à l’US Open, Raducanu a signé un certain nombre de contrats de sponsoring lucratifs. Raducanu est désormais le principal visage de Nike, Dior, Tiffany, Evian, Wilson, Porsche, Vodafone et British Airways. « Les comptes de la société d’Emma Raducanu, Harbour 6 limited, montrent qu’elle disposait d’un actif total de 55 682 £ mais qu’elle devait 54 88 £ à ses créanciers, ce qui lui laissait environ 795 £ », peut-on lire dans le Daily Mail.

 » Une autre £750 a été soustraite en tant que  » provision pour dettes « , ce qui lui laisse £44. « Les comptes montrent à quel point son ascension a été vertigineuse ; elle est passée d’une situation où elle gagnait à peine de l’argent à une victoire de 1,8 million de livres sterling à l’US Open, puis à la signature de contrats d’endossement très lucratifs avec des entreprises comme Porsche, Evian et Dior. »

Lire aussi :  L'Ajax fait sauter la banque pour un jeune de 16 ans. Il lui donne 700 000 euros par an

Raducanu répond aux critiques

Raducanu n’a pas eu de parcours notable depuis sa victoire à l’US Open. Les critiques ne manquent pas de pointer du doigt les contrats de sponsoring de Raducanu, certains l’accusant de ne plus s’investir pleinement dans le jeu.

Raducanu pense que ces affirmations sont totalement absurdes. « Peut-être que vous voyez juste, aux informations ou sur les médias sociaux, que je signe tel ou tel contrat et je pense que c’est assez trompeur parce que je fais cinq, six heures par jour (d’entraînement), je suis au club 12 heures par jour ». Raducanu a déclaré au Telegraph.

Lire aussi :  Un scandale majeur dans la Premier League. Un joueur d'Arsenal soupçonné d'être impliqué dans des paris illégaux

« Mais je lance un post dans la voiture en allant à l’entraînement et tout d’un coup c’est ‘je ne me concentre pas sur le tennis’. « Je pense que c’est injuste mais c’est quelque chose que j’ai appris à gérer et à devenir un peu plus insensible aux bruits extérieurs.

« J’ai l’impression que mes journées [with sponsors] sont assez limitées. Je ne fais pas de journées folles. Je fais trois ou quatre jours par trimestre, donc ce n’est vraiment pas grand-chose ».

Article précédentAime d’Anne, la princesse qui a défié la monarchie. L’aventure qui a coûté à la sœur de Charles son mariage et a ruiné sa réputation
Article suivantRoddick : « Novak Djokovic trouvera son équilibre dans un ou deux tournois ».
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !