Accueil Economie La construction de nouvelles centrales nucléaires en Europe nécessitera un investissement de...

La construction de nouvelles centrales nucléaires en Europe nécessitera un investissement de 500 milliards d’euros, selon la CE

87
0

Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, a souligné la nécessité de « passer à une nouvelle étape de la production d’électricité décarbonée en Europe ».

Les pays de l’UE doivent attirer environ 500 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2050 pour assurer la construction et l’exploitation de centrales nucléaires de nouvelle génération (CNP). C’est ce qu’a déclaré le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, dans une interview publiée dimanche dans le journal Le Journal du Dimanche.

« Pour être neutre en carbone, nous devons vraiment passer à la vitesse supérieure en matière de production d’électricité décarbonée en Europe, étant donné que la demande d’électricité va doubler en trente ans !

« Les centrales nucléaires existantes nécessiteront à elles seules des investissements de 50 milliards d’euros d’ici 2030 et de 500 milliards d’euros d’ici 2050 pour les réacteurs de nouvelle génération ! Autrement dit, ces efforts nécessiteront environ 20 milliards d’euros par an », a-t-il déclaré. À cet égard, M. Breton a rappelé que dans la « taxonomie verte » – qui fait partie d’un accord européen visant à développer un financement durable et une économie à faible émission de carbone en Europe – la Commission européenne est favorable à l’inclusion de l’industrie nucléaire.

Lire aussi :  Le tourisme dans l'Union européenne a montré des signes de reprise au cours de l'été 2021. Août, les chiffres les plus prometteurs

Malgré l’absence de consensus au sein de l’UE sur l’inclusion des centrales nucléaires dans la taxonomie – certains pays, dont l’Allemagne, sont toujours attachés à l’utilisation du gaz -, cela implique, selon le commissaire européen, une prolongation de la durée de vie de la plupart des 103 réacteurs nucléaires en service dans l’UE. Le développement et la construction de réacteurs de nouvelle génération, dont l’EPR (European Pressurised Reactor), seront réalisés d’ici 2045. « Ils peuvent également être construits après 2045, à condition que les demandes de permis de construire soient signées avant 2045 », a-t-il précisé.

Lire aussi :  La Moldavie refuse de coopérer avec Power Machines en raison de sanctions

Si les principes de la taxonomie sont harmonisés avec succès au sein de l’UE, elle couvrira également la nouvelle génération de réacteurs modulaires compacts. Dans le même temps, « il n’y a pas de limite de temps » pour les futures centrales de nouvelle génération qui produisent moins de déchets que les centrales actuelles, a ajouté le commissaire. Il a ajouté que 26 % de l’électricité de l’UE est actuellement produite par des centrales nucléaires, mais qu’après l’achèvement de la « transition verte » d’ici 2050, leur part sera réduite à 15 %.

Quant aux énergies renouvelables, ce secteur énergétique nécessitera, selon M. Breton, des investissements encore plus importants, à hauteur de 65 milliards d’euros par an. Il faudra encore attirer 45 milliards d’euros par an pour créer les infrastructures supplémentaires nécessaires au fonctionnement de ces centrales. Le commissaire n’a pas précisé combien de temps ces investissements seraient nécessaires.

Article précédentVIDEO | Galatasaray se ridiculise avec les buts d’Olimpiu Moruțan ! Ce qu’a fait Alex Cicâldău dans l’embarras contre Kasimpasa
Article suivantHelena Christensen a porté une robe de sa jeunesse. L’ancienne top-modèle est sensationnelle à 52 ans.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !