Accueil Dernières minutes ! Internationales La Chine et la Russie dénoncent le sommet sur la démocratie organisé...

La Chine et la Russie dénoncent le sommet sur la démocratie organisé par Biden dans une rare prise de position commune : « mentalité de guerre froide ».

47
0

Les ambassadeurs de Chine et de Russie à Washington dénoncent – dans un rare éditorial commun – l’exclusion de la Chine et de la Russie d’un sommet virtuel sur la démocratie qui sera organisé en décembre par le président américain Joe Biden, qui a placé la lutte entre démocrates et « autocrates » au centre de sa politique étrangère depuis son arrivée à la Maison Blanche, rapporte l’AFP.

Le fait que les États-Unis se permettent de déterminer « qui est un pays démocratique et qui ne peut prétendre à ce statut » révèle une « mentalité de guerre froide », écrivent Anatoli Antonov et Qin Gang dans le magazine conservateur National Interest.

« Cela va raviver la confrontation idéologique et les fractures mondiales et créer de nouvelles lignes de division », préviennent-ils, un écho à certaines critiques de Moscou et de Pékin après que Washington a annoncé mardi avoir invité 101 pays et territoires au sommet.

Lire aussi :  Viral sur internet. Un maire brésilien a réglé un désaccord avec un adversaire politique sur un ring de MMA - VIDEO

Les deux diplomates rejettent l’idée d’un modèle unique de démocratie et font l’éloge des régimes basés sur les « réalités » chinoises ou les « traditions » russes.

« Il est inutile de s’inquiéter de la démocratie en Russie et en Chine », disent-ils.

« Certains gouvernements étrangers feraient mieux de regarder ce qui se passe chez eux. Peut-on parler de liberté lorsque les manifestants sont désespérés par les balles en caoutchouc et les gaz lacrymogènes ? » écrivent-ils.

Les ambassadeurs russe et chinois exhortent également l’Occident à « ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures » d’autres pays « sous le prétexte de promouvoir les valeurs démocratiques » et appellent à un « véritable multilatéralisme » au sein de l’ONU.

Le démocrate Joe Biden a placé la lutte entre les démocraties et les « autocraties » – incarnées à ses yeux par la Chine et la Russie – au centre de sa politique étrangère depuis son entrée à la Maison Blanche.

Lire aussi :  Manifestations en Autriche. La population s'oppose à l'introduction d'une vaccination anti-COVID obligatoire

Le « sommet de la démocratie » qu’il a promis pendant la campagne, dont la première version aura lieu en ligne du 9 au 10 décembre, puis en personne un an plus tard, est l’une des pièces maîtresses de cette priorité.

Parmi les invités figurent l’Inde, le Pakistan et le Brésil – en dépit de certains résultats négatifs en matière de droits de l’homme – mais pas la Turquie ni la Hongrie.

Les États-Unis ont également invité Taïwan, une invitation violemment critiquée par Pékin.

Dans leur éditorial, les ambassadeurs ne citent pas Taïwan.

La Chine considère Taïwan comme l’une de ses provinces, bien qu’elle ne contrôle pas cette île de 23 millions d’habitants.

Article précédentCette année, le Festival des arbres de Noël se tiendra au Musée national d’art de Roumanie. Les créations de Doina Levintza et Smiley mises aux enchères
Article suivantLa chute inexpliquée de Dennis Man. La presse italienne critique sévèrement l' »international » roumain
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !