Accueil Dernières minutes ! Internationales Il n’est pas exclu que la Russie ou la Chine soient à...

Il n’est pas exclu que la Russie ou la Chine soient à l’origine de la cyberattaque contre l’Académie militaire britannique.

106
0

Selon Edward Stringer, maréchal de l’air à la retraite, les problèmes causés par l’attaque étaient « importants mais solubles ».

La Russie, la Chine, l’Iran ou la Corée du Nord pourraient être à l’origine de la cyberattaque qui a touché les ordinateurs de l’Académie militaire britannique en mars dernier. Cette déclaration a été faite dimanche dans une interview accordée à Sky News par le maréchal de l’air britannique à la retraite Edward Stringer, qui a dirigé l’académie de 2018 à 2021.

« N’importe lequel d’entre eux [Rusia, China, Coreea de Nord sau Republica Islamică Iran] pourrait être derrière cette attaque. Mais il pourrait aussi s’agir de quelqu’un qui cherche des vulnérabilités pour mener une attaque à l’aide d’un virus de type ransomware, ce qui est le fait d’un groupe criminel ordinaire », a déclaré M. Stringer, ajoutant que les problèmes causés par l’attaque étaient « substantiels mais réparables ».

Lire aussi :  La France prend des mesures extrêmes : mise en quarantaine des personnes vaccinées qui ont été en contact avec des personnes infectées par l'Omicron.

L’ancien chef de l’académie a souligné que les attaquants n’ont pas réussi à s’introduire dans les réseaux informatiques d’autres institutions du ministère britannique de la défense ni à accéder à des informations d’une valeur significative. Cependant, il suggère que c’était peut-être leur objectif.

Jusqu’à 28 000 militaires, diplomates et fonctionnaires britanniques sont formés chaque année à l’académie. M. Stringer a déclaré que l’attaque avait affecté les opérations en compliquant le processus d’apprentissage, en obligeant la direction à réorienter les ressources financières et humaines pour résoudre le problème et en forçant les employés à utiliser des ordinateurs personnels au lieu d’ordinateurs de bureau. Les affichages sur le site de l’académie n’ont pas encore été repris.
La presse britannique a fait état de la cyberattaque à la fin du mois de mars dernier, après quoi le ministère de la défense a confirmé que l’incident s’était produit et avait perturbé le fonctionnement du réseau informatique de l’établissement d’enseignement dont le contractant civil était responsable. Selon Sky News, les résultats de l’enquête interne du département n’ont pas été rendus publics. Le ministère de la défense n’a pas non plus publié de déclaration officielle sur ce qui pourrait être à l’origine de cette attaque.

Article précédentSituation désespérée au FC Barcelone après la dernière annonce ! La pandémie a durement touché le club catalan
Article suivantBryan Adams a trouvé le grand amour après être tombé amoureux de… Lady Di, Elle Macpherson et Gwyneth Paltrow. Qui est l’heureuse élue ?
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !