Accueil Divertissements Arts « Girl with a Mirror » de Nicolae Grigorescu, l’œuvre la plus primée de...

« Girl with a Mirror » de Nicolae Grigorescu, l’œuvre la plus primée de la vente aux enchères d’hiver d’Artmark.

128
0

« Girl with a Mirror », une œuvre de Nicolae Grigorescu, a eu le prix d’adjudication le plus élevé lors de la vente aux enchères d’hiver d’Artmark qui s’est tenue mardi soir.

Le tableau, une huile sur toile qui daterait de 1885-1890, était estimé entre 50 000 et 80 000 euros et a été vendu pour 70 000 euros. Le tableau provient de la collection historique d’Elena et Alexander Pamula.

Grigorescu était présent à la vente aux enchères avec trois œuvres au total. « The Shepherd’s Song » a été vendu pour 30 000 €, dans les limites de l’estimation. Pour le même prix, « Boulean on the Way » a été vendu, au-dessus de l’estimation.

Le deuxième prix le plus élevé de la série a été obtenu pour « Océan brun » (1959) de Ion Țuculescu. L’œuvre, une huile sur toile, a été vendue pour 50 000 €, soit 5 000 € de plus que l’estimation haute initiale.

Lire aussi :  Mozart et Tchaïkovski dans un concert public dirigé par Maestro Christian Badea à l'Athenaeum jeudi et vendredi

Très proche de ce prix était « Venise (Ponte Rialto) » de Gheorghe Petrașcu. Le tableau est daté d’env. 1926-1928 était estimé au maximum à 45 000 € et a été vendu 47 500 €.La peinture à l’huile provient de la collection historique d’Alexandru Râșcanu, un procureur ; de la collection de Constantin Basiliade, un avocat.

Deux autres tableaux de Petrașcu ont été vendus mardi soir – « Nature morte avec roses et livres », à 30 000 €, et « Venise », à 25 000 € – tous deux au prix de l’estimation minimale.

L’une des augmentations les plus spectaculaires de la vente aux enchères a été la valeur du tableau « Le vendeur de poissons » de Ștefan Câlția. Estimée à un maximum de 18 000 €, l’œuvre de 2011 a été vendue pour 41 000 €.

Lire aussi :  Concertconcert à l'Athénée roumain

Le palmarès de la vente aux enchères d’hiver comprend également Theodor Pallady. « Nature morte avec poignard japonais et masque Kabuki » a été vendu pour 32 500 €. Six autres de ses œuvres ont été vendues. À l’exception de la « Nature morte au tournesol et aux verres », qui a été vendue 22 000 €, les autres ont été conformes aux estimations initiales, autour de 1 000 €.

Des œuvres de Nicolae Vermont, Theodor Aman, Arthur Segal, Sabin Bălașa et Samuel Mützner ont également été vendues.

La vente aux enchères, qui comprenait 172 lots, a enregistré un taux d’adjudication de 85 % et un montant total d’environ 1 million d’euros.

vuescnt

Article précédentAmsterdam : des milliers de personnes protestent contre les restrictions. Photos des incidents publiées sur les médias sociaux VIDÉO
Article suivantDumitru Cardoso n’est plus dans le coup après avoir quitté Gaz Metan Mediaș. Comment il s’est comporté en Corée du Sud
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !